Bonjour les Luxiens Le forum à ouvert ses portes en 2014 Nous sommes sur la version 05
News du 21 septembre: Le premier épisode est enfin dévoilé : Inscription
News du 02 Novembre: Le forum vient de faire peau neuve, voici le thème Lacrymosa Votre avis nous intéresse
News du 02 Novembre: Des membres du forum sont à l'honneur Découvrir les gagnants
Votons pour le forum: Écoutons un peu de musique Changement de la playlist WITCHE RADIO
News du 28 Novembre: Attention un recensement est en cour et prendra fin le jeudi 1 décembreRecensement
Le 28/11 Nous recherchons des Moldus et des membres du gouvernement magique ^^
N'hésitez pas à venir poser des questions on ne mord pas !
N'hésitez pas à nous mettre un petit mot sur nos publicités sur Bazzart et Pub Rpg Design !
Vous pouvez aussi voter sur nos différents top-sites !
Merci à tous !


Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ( pv Alan)




une membre de The Veil
Date d'inscription : 29/02/2016

Je suis une membre de The Veil

Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ( pv Alan) écrit 14.09.16 21:33

Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ( pv Alan)
Alan & Ruthanie



La douleur enserrait encore le cœur de cette femme aux cheveux sombres. Ivory avait envoyé une invitation à Ruthanie pour que celle-ci passe à l'Éden hôtel. Elle avait donc achevé sa journée de travail et c'était douché sur place ôtant ses oripeaux simples pour une tenue bien plus féminine et onéreuse. Ruth avait lâché son abondante chevelure ébène leur donnant un simple mouvement de vague, ils cascadaient ainsi sur ses épaules recouvertes d'un tissue couleur lilas. Il faisait plutôt doux pour la saison, alors elle enfila un petit boléro noir de dentelle. Parée de bijoux dorés, elle quitta tardivement l'enceinte de l’hôpital, elle ne comptait plus les heures ni les nuits qu'elles passaient loin du cocon familial. Son foyer et son couple n'étaient plus que ruine depuis qu'elle ne cessait de pleurer sa tendre enfant, sa petite violette.

Ruthanie porta sa main au médaillon qui dansait dans son cou avant de traverser la rue encore occupée par de nombreux sorciers. Elle ne retournerait pas chez elle encore ce soir préférant vivre éloigner de son époux pour le moment. Les disputes étaient encore vives et lasse de se battre, elle avait fini par prendre ses valises et prendre une suite dans un hôtel de luxe. Elle longea la rue laissant ses soucis pour un moment, attardant son regard sur les boutiques et les passants. C'est ainsi qu'elle finit par faire un léger détour pour s'offrir un foulard de soie violette.

Comme d'habitude, elle ne serait pas à l'heure pour son rendez-vous, mais elle s'en moquait bien tant qu'elle pouvait un peu oublier son chagrin. Elle n'était pas une acheteuse compulsive et depuis de nombreux mois, elle négligeait de plus en plus ses tenues et son maquillage. À quoi bon se faire belle quand votre époux écarte les cuisses d'une autre que vous ? Ah les hommes et leur frivolité ! Un léger sourire se matérialisa sur ses lèvres avant de s'estomper brusquement. Ruthanie se moquait bien que le dandy soit devenue un sac à merde adultère, il était la cause de tous ses mots ! Une légère grimace lorsque sa cheville se pencha alors qu'elle marchait sur le bitume. Loin des regards la jeune femme transplana avant d’apparaître dans le hall de l'Eden Hôtel. Le hall était quasi désert, elle observa son reflet s'assurant que sa chevelure n'avait pas trop souffert de ce petit voyage et réajusta le bustier de sa robe. Le tissus ne dissimulait pas les formes divines de la jeune femme. Une paire de longue jambe au galbe délicat juchait sur des talons hauts pour encore affiner la stature de la femme mariée.

Elle avança ensuite vers le petit salon là où elle avait l'habitude de retrouver Ivory, mais l'homme qui se tenait de dos face à la cheminée, n'était pas sa douce amie. Elle se figea quelques instants inspectant la salle et apercevait un piano. Intimidait par la silhouette masculine, elle longea le mur et prit place sur le tabouret. Elle avait déjà vu cet homme puissant à un dîner ou elle accompagnait son mari et l'idée de se retrouver seul avec cet homme de pouvoir mis la femme mal à l'aise. Elle ouvrit le battant du piano et caressa les touches noires et blanches avec délicatesse, elle s'éclaircit un peu la gorge et demanda " Puis-je user de votre piano Sir Yaxley ? Je ne veux pas m'imposer, mais j'avais rendez-vous avec votre sœur voyez-vous monsieur..."


........................................

- If you do not walk you will never see the light -

Je pense
Je parle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


un membre de The Veil
Date d'inscription : 11/09/2016
Cursus/Métier : Chef des Aurors/ The King

Je suis un membre de The Veil

Re: Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ( pv Alan) écrit 15.09.16 16:42



❝ Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ❞


Ruthanie & Alan
Il n'y a parfois aucune différence entre le salut et la damnation△
L'homme s'avançait parmi les ombres plus silencieux qu'un chat, plus gracieux également. La foule londonienne se fendait d'elle même devant lui, impressionnée pour la plupart par sa prestance et son charisme écrasant, le reste intimidée par les deux pupilles glaciales et perçantes qui vous transperçaient jusqu'à l'âme. Alan avait ressentis le besoin pressant de dégourdir ses longues jambes et respirer l'air frais de ce début de soirée. Marcher lui permettait de réfléchir, calculer, anticiper. Ce soir il avait un rendez-vous important. Ce soir une nouvelle pièce devrait coûte que coûte rentrer dans son jeu...

Il parvint rapidement devant l'entrée discrète mais élégante de l'Eden dont le portier s'empressa de lui ouvrir le battant avec une profonde courbette, conscient de l'importance de l'individu à qui il avait affaire. Alan prêta à peine attention à la charmante réceptionniste et son sourire figé, ne prenant pas le temps de s'annoncer. Il était comme chez lui ici. Il parvint sans encombre jusqu'à l'un des salons de réception: celui-ci était richement décoré de bois précieux, tons beiges et chauds, dorures et meubles anciens... De quoi impressionner le commun des mortels, ce que Alan n'était pas justement. L'homme jeta un coup d’œil à la discrète pendule dans le coin. Il était en avance. Il l'était toujours. Selon lui les personnes en retard n'étaient pas des gens fiables et généraient un stress inutile.
Il s'assit au piano à queue, majestueusement ouvragé et fit machinalement courir ses doigts le long des touches en corne, laissant les notes s’entremêler dans l'air. Il patienta ainsi quelques minutes, d'apparence placide, mais les rouages minutieux de son cerveau tournant à toute vitesse.

Il entendit enfin la porte d'ouvrir dans son dos et le frémissement d'un tissu. Le Roi se retourna, un léger sourire étirant sa bouche devant l'apparition de la belle femme, enveloppée de lilas, et se leva pour se porter à sa rencontre. Il se pencha légèrement, s'emparant de la main fine pour la porter à ses lèvres dans un baise-main délicat.
"Vous êtes sublime ce soir ma chère, comme toujours. Et je vous cède bien volontiers ma place, j'ai toujours trouvé les doigts d'une femme plus agiles au piano..." lui répondit-il de sa voix grave "Ivory n'a fait que transmettre mon message. Je souhaitais vous voir en personne. Et seuls à seuls."
Alan l'entraîna en douceur, la conduisant par la main, jusqu'au tabouret recouvert de velour devant l'instrument. Il resta lui-même debout, s'appuyant dessus, avant de poursuivre:
"J'espère ne pas vous décevoir Milady, ou de vous incommoder par mon humble présence."
S'il souriait son regard restait froid, détaillant Ruthanie Ebstein de la tête aux pieds, fouillant ses yeux pour déterminer à qui il avait affaire.
"J'aimerais discuter de votre place au sein de notre belle organisation. Connaître vos derniers ressentis sur nos actions. En toute franchise évidemment, nous sommes entre amis n'est-ce pas?"
Il sourit plus largement, creusant ses fossettes, en insistant sur la dernière phrase, avide d'entendre la réponse de la femme brune.
©BESIDETHECROCODILE

........................................

MONSTERS ARE REAL. GHOSTS ARE REAL TOO. THEY LIVE INSIDE US, AND SOMETIMES THEY WIN.

©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


une membre de The Veil
Date d'inscription : 29/02/2016

Je suis une membre de The Veil

Re: Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ( pv Alan) écrit 15.09.16 17:27

Sur une sonate écarlate  glisse un diamant précieux ( pv Alan)
Alan & Ruthanie



L'air de piano que débute Ruthanie

Le premier mot qui franchissait l'esprit de la belle brune fut " désirable" Alan Yaxley était un homme de pouvoir, un félin aux griffes acérées qui avaient choisi le monde comme terrain de jeux. La belle connaissait les détails les plus communs grâce au bavardage qu'elle avait souvent eu avec Ivory depuis son arrivée sur le territoire anglais. Mais que se cachait-il sous le vernis épais de sa prestance et de ses bonnes manières ? Certains parlaient de lui comme d'un monstre d'autres voyait en lui un sauveur de la nation sorcière ou se tenait la vérité .

Les lèvres humides se posèrent sur sa peau fraiche et Ruthanie baissa les yeux, ne cachant pas sa gêne. Elle n'était pas femme à homme même si son corps ne pouvait que faire rêver de nombreux médecins de Sainte mangouste, elle ne, pas ce n'était jamais abaissé à trahir son mari. Elle se laissa conduire presque docilement jusqu'au tabouret où elle posa ses fesses avec délicatesse, son autre main glissant sur les touches fébrilement. l'envie de ne faire qu'un avec le piano se faisait plus forte et la qualité de l'instrument enfiévrait un peu la jeune femme. Depuis combien d'années n'avait-elle pas joué de piano, son air se pinça légèrement. Le piano, c'était tu dans la demeure de Berlin le jour où elle avait mis sa fille en terre ! Alan garda une place proche se tenant debout juste à côté d'elle. La prestance du roi écrasait Ruthanie et celle-ci ne dédaigna pas de lever ses yeux gris bleus pour croiser le regard perçant de ce prédateur qui se tenait à un petit coude d'elle. Un léger sourire et sa voix légère lui répondirent avec l'accent germanique " Mein Her, je ne suis qu'un simple petit rouage de votre organisation. Je ne pus être dérangé de votre présence... Je serais même ravie de converser avec vous !"

Les doigts de la femme frôlèrent alors les premières notes, elles agitaient ceux-ci écoutant les sons que produisait l'instrument à cordes. Le son était clair et mélodieux, et même si au début, elle était hésitante, elle leva la tête croisant le regard sauvage de son interlocuteur. Elle marqua une petite pause gardant ses doigts en positions "ma ressenties sur vos actes . Ne devriez-vous pas demander ça à la femme qui partage votre couronne Sir yaxley et pas à une humble servante qui n'est parmi vous que par la volonté de son mari ! Je ne fais que subvenir à vos besoins en argent rien de plus ... " la jeune femme reporta son attention à ses doigts et reprit son morceau, ses doigts dansaient à présent sur le clavier et la douce mélodie envahit la salle.

Les yeux à présent mi-clos, elle était redevenue silencieuse son haut de corps remuant plus intensément quand la musique et la cadence s'intensifièrent. Elle n'était pas orgueilleuse, mais les années de précepteurs avaient eu leurs utilités faisant de Frau Ebstein une femme de maison accomplie. Quelques domestiques de la demeure portèrent leur attention à l'intérieur de la salle, cherchant qui étaient en train de jouer. Elle ralentit enfin et ses doigts se figèrent, la musique avait éveillé des sensations douloureuses chez la Germanique qui cacha une larme derrière son abondante chevelure. Elle venait de jouer le morceau qu'apprenait violette, elle n'avait pas pris de maître musique préférant accorder à son enfant quelques heures de son temps. L'enfant était douée et maintenant, elle n'avait plus rien que le souvenir de leurs moments passe. Elle se tourna vers Alan et demanda un peu moins chaleureusement " Que vaut votre intérêt sur ma personne Sir Yaxley ! Je suis une femme mariée ... Et un médico-Mage de renommée, mais pourquoi vous intéressez vous à moi ? "


........................................

- If you do not walk you will never see the light -

Je pense
Je parle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


un membre de The Veil
Date d'inscription : 11/09/2016
Cursus/Métier : Chef des Aurors/ The King

Je suis un membre de The Veil

Re: Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ( pv Alan) écrit 16.09.16 10:35



❝ Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ❞


Ruthanie & Alan
Il n'y a parfois aucune différence entre le salut et la damnation△
Miss Ebstein avait manifestement reçu une excellente éducation. Une diction claire et soignée, auréolée d'un léger accent germanique, un port de tête royal, une démarche fluide... Alan appréciait le personnage, toutefois quelque chose le chiffonnait. Il ressentait son estime de soi peu expressive, comme rabrouée et mise de côté lorsqu'elle parlait, et il était persuadé que le mari de Ruthanie n'y était pas étranger. Ce fils de bonne famille avait la notoriété publique de déshonorer à peu près tout ce qui avait une poitrine. Un pion inutile, jugeait le Roi, qui n'avait aucune ambition au contraire de sa femme qu'il prévoyait promise à de plus grands projets que de faire office de banque.
"Allons ma chère, une couronne ne se scinde pas, disons que nous en portons une jumelle plutôt. Chacun la sienne. Et il y a des années je n'étais qu'un rouage moi-même, est-ce que je ne suis pas devenu la preuve qu'une pièce semblant sans importance pouvait devenir maîtresse?"
Il s'arrêta, écoutant avec attention le concerto privé qui lui était donné. Les notes s'enchaînaient à la perfection, créées par les doigts fins voletant sur les touches blanches et noires. Mais l'homme prêtait également une extrême attention au visage de celle qui lui faisait face. Traquant les moindres expressions. Nostalgie, peine, douleur. La trilogie infernale se lisait sur les traits parfaits de Ruthanie, ceux-là même qui avait froissé les siens il y a des décennies. La perte d'un enfant était une brûlure au fer rouge, que chaque parent portait avec plus ou moins de force. Et qui pouvait se rouvrir à la moindre brise de souvenir.
Lorsqu'elle reprit pied et s'adressa à lui d'un ton plus froid, il ne répondit pas tout de suite. Souverain, il se pencha pour essuyer presque tendrement la perle de cristal sur la joue de la jeune femme, laissant son pouce s'attarder à caresser la douce courbe de sa pommette.
"Mon intérêt, Frau Ebstein, n'est pas pour une femme mariée. Mon intérêt est pour une sorcière accomplie et talentueuse, avec qui j'aimerais converser de ses idées, et échanger. Pensez-vous donc que seuls les monarques soient importants? Chaque personne faisant partie de cette organisation a sa place. Vous y compris, et j'aimerais vivement que vous arrêtiez de vous considérez comme une simple banque ou une épouse docile."
Il s'était maintenant redressé, et prit le temps de tirer une chaise pour s'asseoir à la hauteur de Ruthanie. Ses idées passaient toujours mieux lorsque les regards se trouvaient à égalité, sans jeu de domination. Il n'avait pas besoin de s'adresser de haut pour être impérieux.
"Vous ne l'êtes pas d'ailleurs" poursuivit Alan en capturant l'une des mains blanches qui avaient quittées le piano "Vous êtes une femme pleine de convictions, n'est-ce pas? Pourquoi ne pas les laisser s'exprimer clairement au lieu de les refouler? Vous n'avez rien à craindre de moi, milady, parlez."
Le ton doux de sa voix avait pris une tonalité plus vivace, afin de réveiller la partie impétueuse de la jolie brune, dans l'espoir que la cavalière se mette enfin en selle.
©BESIDETHECROCODILE

........................................

MONSTERS ARE REAL. GHOSTS ARE REAL TOO. THEY LIVE INSIDE US, AND SOMETIMES THEY WIN.

©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


une membre de The Veil
Date d'inscription : 29/02/2016

Je suis une membre de The Veil

Re: Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ( pv Alan) écrit 21.09.16 16:21

Sur une sonate écarlate  glisse un diamant précieux ( pv Alan)
Alan & Ruthanie


Les mains à présent posaient sur ses genoux, elle tressaillit légèrement quand le doigt d'Alan s'attarda sur sa joue pour cueillir sa petite perle salée. Était-il un homme qui pouvait se montrer tendre ? Cette question fugace passa dans l'esprit de Frau Ebstein mais mourra sur ses lèvres, elle trouvait inconvenant de poser une telle question au leader de The Veil. L'homme venait de prendre une chaise où il prit place posant son séant sur le moelleux du coussin. Ruthanie tel un félin posa ses yeux de glace sur Alan.

Un très léger sourire étira ses lèvres recouvertes d'un léger gloss brillant. Elle écoutait poliment ce que lui disait le roi s'imprégnant de ses paroles comme s'il s'agissait d'un évangile de la Bible. Elle n'était pas forcément la plus pieuse, mais souvent, il lui arrivait de s'attarder dans une église et d'ouvrir son cœur à cet être supérieur qui ne lui avait jamais répondu, mais qui avait su apaiser ses terreurs nocturnes. Sa main droite empoigna le tissu de sa robe et le froissa légèrement.

Alan n'avait pas tort pourquoi se sentait, elle obligeait de se considérer comme une banque ? Elle fronça les sourcils alors que son autre main se retrouva capturer par celle d'Alan la paume de l'homme était chaude et douce alors que celle de Ruth se retrouva vite moite.

Elle n'avait plus eu de contact masculin de la sorte. Son mari ne déposant qu'un chaste baiser sous son front avant de détourner les talons dans leur grande demeure. Il n'y avait plus qu'un immense simulacre de vie maritale, mais pourquoi se sentait-elle perturbée par Alan ?
Il avait capturé sa main et la tenait toujours. La jeune femme fixait sa main réfléchissant ce qu'elle pouvait lui répondre. Elle sentait qu'il recherchait à faire sortit le félin qui se terrait docilement derrière la femme de maison.

Ruthanie respirait profondément et finit par reprendre un peu plus de contenances. Ses épaules affaissées se redressèrent et la femme éplorée s'estompa lentement. Alors qu'elle avait essayé de ne pas planter ses petites iris assassine dans le regard de Leader, elle leva la tête et plongea ses deux saphirs dans le regard sombre de son interlocuteur. " Sir Yaxley pensez-vous me connaître mieux que l'homme qui réside dans ma demeure ? Mon petit doigt me dit que vous avez enquêté sur ma personne et je suppose que vous avez découvert la pirouette que j'ai fait état plus jeune pour ne pas finir dans une de ces cellules sordides d'Azkaban..." Elle s'arrêta toisant à présent le leader jouant avec le regard de son partenaire. " Vous êtes un homme intelligent herr Yaxley !"

Elle laissa glisser son autre main sur le torse qui se tenait devant elle et ajouta joueuse " Je pense également que votre valeureux petit rat à découvert que je répugnais la populace moldu et que je ne m'en cache pas ! Mon mari n'est qu'un vulgaire pleutre bien plus occupé à lécher les pompes de votre maîtresse. Il ne possède de l'argent que parce qu'il m'a mis la bague au doigt voyez-vous ... Mettons cartes sur la table Herr Yaxley voulez-vous bien ?" La femme insipide élargit le léger sourire qui avait étiré ses lèvres illuminant son visage. Elle se leva et contourna la chaise se positionnant dans le dos du roi. Sa main quitta le torse d'Alan pour glisser à son épaule. Ses mouvements étaient lents et mesurés, elle restait gracieuse même si un aspect plus sauvage se ressentit dans le glissement de la robe sur ses jambes alors qu'elle se positionnait dans son dos."Alan que pouvez-vous m'offrir ? J'ai de l'argent plus qu'il n'en faut et une large renommée dans le monde de la magie. Je ne vous demande pas du pouvoir ceci, je sais que je peux l'acquérir en m'attachant aux bonnes personnes ... Ce que je désire savoir, c'est ce que notre alliance possible peut m'apporter ... Nous apporter Herr Yaxley !"La bouche humide de la jeune cavalière était à hauteur de son oreille et son souffle chaud caressa le lobe de celle-ci. Un petit air de défi faisait briller les yeux de la jeune femme " Je vous écoute A..Alan"Il voulait donc sortir le loup de sa tanière c'était chose faite maintenant il restait à savoir si ce qu'il découvrirait derrière le masque de la femme mariée lui plairait.




........................................

- If you do not walk you will never see the light -

Je pense
Je parle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


un membre de The Veil
Date d'inscription : 11/09/2016
Cursus/Métier : Chef des Aurors/ The King

Je suis un membre de The Veil

Re: Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ( pv Alan) écrit 24.09.16 19:48



❝ Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ❞


Ruthanie & Alan
Il n'y a parfois aucune différence entre le salut et la damnation△
Le Roi ne fut pas déçu. La belle brune se transforma sous ses yeux, l'assurance nouvelle qu'elle portait se lisant dans la dans la courbure de ses épaules se redressant, dans ses prunelles vertes où s'allumait un éclat sauvage.
"En effet j'ai eu vent de vos petits tours de passe-passe. Et j'estime mieux vous connaître que Sir Rubstein. Une femme de votre rang, ma chère, ne devrait pas s'abaisser à se laisser mener par un mari, pardonnez mon langage, abêtis par la moindre jeune femme se promenant devant lui."
Alan savait tout des membres de son organisation. Le savoir était pouvoir. Les frasques extra-conjuguales de l'époux Ebstein l'indignait. Il le trouvait pleutre et ridicule, ne prenant pas la peine d'assumer ses actes, ou au contraire d'au moins faire l'effort de soigneusement les dissimuler. Il avait profité sans vergogne de la fortune de la belle allemande, la délaissant comme on le ferait avec un bibelot poussiéreux sur le manteau d'une cheminée.
Il se tint silencieux, écoutant la diatribe de Ruthanie avec une grande attention, appréciant le frôlement de sa robe lorsqu'elle lui tourna autour tel un faucon en chasse, le contact ferme de sa paume de main. Il crispa imperceptiblement ses mâchoires lorsque son murmure lui réchauffa le lobe de l'oreille.
"Ce que j'ai à vous offrir milady ne tient pas du matériel. Vote liberté, voilà ce que je veux vous rendre. C'est un cri qui doit être poussé par votre propre coeur, personne d'autre ne peut le faire à votre place, et pour le moment il se limite à un simple murmure. Vous avez été asservie par le gouvernement dans un premier temps, puis par un mariage hypocrite."
Le Roi se retourna vers elle, le visage à la hauteur de sa taille sur laquelle il posa ses deux grandes mains. Il leva ses yeux acier pour les planter dans les siens.
"Ruthanie, vous êtes une louve, féroce et indépendante, cela se voit dans vos yeux, vos mouvements, vos pensées. Et un animal aussi majestueux- une femme aussi majestueuse - ne devrait en aucun cas être reléguée au rang d'agneau docile."
Cette fois-ci Alan se leva, gardant sa poigne en place, à quelques centimètres seulement de la jolie brune.
"Ce que je vous offre c'est une place à mes côtés, dans mon cercle d'initiés. Avec une liberté de mouvement certain, et où votre avis sera entendu et écouté. Vous deviendrez ma cavalière, un statut qui vous revient de droit, à vous et non à votre époux."
Il remit en place une mèche rebelle, s'étant glissée hors du chignon de lady Ebstein avant de s'éloigner en direction d'un petit guéridon. Débouchant une bouteille d'excellente cuvée de whisky Purefeu (et hors de prix) il leur servit deux verres de cristal et en tendit un à son interlocutrice.
"A vous de savoir si vous voulez prendre le risque de vivre ou non ma chère Ruthanie" fit-il en levant son verre pour trinquer.

©BESIDETHECROCODILE

........................................

MONSTERS ARE REAL. GHOSTS ARE REAL TOO. THEY LIVE INSIDE US, AND SOMETIMES THEY WIN.

©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


une membre de The Veil
Date d'inscription : 29/02/2016

Je suis une membre de The Veil

Re: Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ( pv Alan) écrit 25.09.16 16:06

Sur une sonate écarlate  glisse un diamant précieux ( pv Alan)
Alan & Ruthanie



L'homme de pouvoir se laissa encercler par la sorcière et elle ressentit une certaine excitation quand l'homme parla de liberté. Ruthanie avait pris pour habitude de ne plus céder à ses appels sauvages. Elle avait depuis longtemps assujetti le fauve qui piquait son échine dans ses jeunes années quand elle servait le maître des ténèbres. Les adultes ne l'avaient jamais prise aux sérieuses et quand il croupissait dans leur cellule, ils avaient enfin compris le diamant brut qu'avait été le jeune sang mêlé. Elle leur avait joué un tour de troll, elle ne s'en cachait pas, mais c'est bien trop tard qu'ils avaient saisi toute l'étendue du don de la petite bâtarde Avery !

Alan se retourna et soudain la belle ténébreuse se figea, les yeux de Sir Yaxley l’envoûtèrent quelques instants, Ruthanie légèrement songeuse à ses paroles déglutit avant de lui répondre " Vous m'offrez la liberté ... Je ne sais pas pourquoi je me suis laissé convaincre de rester captive aussi longtemps dans ce simulacre de couple. Vous savez Sir Yaxley, il n'a pas toujours été comme ça ... Depuis la mort de Violette quelques choses se sont cassées en nous deux ! Je n'ai pas toujours été malheureuse ... Enfin, je crois ! "

Une hésitation filtra dans la voix suave de la sorcière germanique qui se raidit quand les deux mains du leader de l'organisation se posèrent sur sa taille. Une chaleur étrange perça dans le bas de ses reins, mais elle n'y fit guère attention bien trop absorbée par la tournure de leur discussion. Elle n'avait pas perdu son sourire l'élargissant encore un peu plus quand elle entendit la manière dont il la percevait. Un léger rictus alors que ses longs cils papillonnent, un compliment d'un homme d'une tel renommé faisait plaisir à la noiraude. Elle hocha la tête et ajouta " Je ne suis qu'un loup déguisé sous une peau de mouton, je n'ai jamais été un agneau complètement docile Alan. Et il serait bien fou de croire que je suis entièrement asservi par Mister Ebstein ... La seule différence, c'est que je ne souhaite pas l'éclabousser d'un scandale d'adultère." Elle ferma ses yeux quelques secondes prenant une lente inspiration, car cette promiscuité rendait Ruth légèrement plus nerveuse.

L'amour était pour la jeune femme depuis longtemps une chose à laquelle elle ne s'accrochait plus. La perte de sa fille et les frasques de son époux avaient asséché le cœur de la sorcière qui avait fini par se complaire dans sa situation douteuse. Le mouvement d'Alan fit légèrement reculer Ruthanie d'un pas, elle entendait les paroles du dirigeant de The Veil et écarquilla ses yeux devant l'annonce complètement inattendue de celui-ci. Un peu éberluée, elle articula plus difficilement " Moi devenir votre cavalière ... Je ne sais que dire Sir Yaxley ... Mon Mari voue une telle adoration pour votre reine..." Elle tressaillit à nouveau quand Alan replaça une mèche de cheveux qui avait glissé hors de leur carcan. Elle sentit à nouveau cette douce chaleur envahir sa poitrine et glisser vers le bas de son ventre.

Il s'éloignait à présent et ceci laissa un peu de répit à la jeune femme qui retira son chignon laissant tomber une cascade sombre sur ses épaules. Ce simple geste montrait qu'elle était bien moins tendue et qu'elle adoptait un léger relâchement dans son attitude hautaine. Alan servit deux verres et en tendit un à Ruth qui vint prendre le verre délicatement frôlant les doigts d'Alan. Elle leva son verre et trinqua avant de porter le liquide ambré à ses lèvres. Elle réfléchissait dans un silence presque religieux une barre s'était matérialisée sur son front alors qu'elle tournait à présent le liquide dans son verre. Elle ne souriait plus redevenue plus sérieuse, elle s'appuya contre le mur apportant à nouveau de la distance entre eux comme si être proche de ce sorcier lui était néfaste. Les synapses de son cerveau marchaient à plein régime, elle fit claquer sa langue deux fois sur son palais sans même s'en rendre compte."Je pense qu'il est temps que Herr Ebstein comprenne que sa femme n'est pas qu'un simple pantin ! Je serais ravie de devenir votre cavalière Alan ..."

Reprenant une gorgée, elle sentit le rouge lui montait aux joues, l'alcool n'était pas une amie de Ruthanie. Elle ne buvait que du vin blanc et en de rares occasions. Elle se sentait bien, mais finissait par se demander si le beau mâle qui se tenait devant elle avait ressenti son trouble quand il était proche d'elle. Son regard glissa sur les épaules d'Alan et s'attarda sur sa mâchoire. Elle comprenait pourquoi la reine était si possessive à son égard, le roi était des plus séduisant. Ses pensées s'envolèrent et elle baissa la tête un peu ennuyée de fantasmer sur lui alors qu'il était à deux pas.


........................................

- If you do not walk you will never see the light -

Je pense
Je parle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


un membre de The Veil
Date d'inscription : 11/09/2016
Cursus/Métier : Chef des Aurors/ The King

Je suis un membre de The Veil

Re: Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ( pv Alan) écrit 25.09.16 20:51



❝ Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ❞


Ruthanie & Alan
Il n'y a parfois aucune différence entre le salut et la damnation△
Alan sourit à l'évocation de l'adultère. Il aimait les femmes, qui elles mêmes le désiraient souvent, parfois un peu trop, attirées par son charisme, sa voix grave et chaude, son visage anguleux et ombrageux, le pouvoir qui lui créait comme une aura volcanique... Néanmoins il avait certains principes, notamment ne pas coucher avec une femme mariée ou désespérée. Et Ruthanie remplissait la première des conditions, si ce n'était les deux. Bien qu'il la trouve très attirante et qu'il ait remarqué l'alchimie bouillonnante entre eux, il adorait séduire, l'un de ses nombreux vices non soignés. Et il avait parfaitement conscience de ne pas laisser la belle allemande indifférente.
"Je désire votre dévotion dans un premier temps ma chère, pas votre corps à moins que vous ne m'en formuliez la demande... Vous êtes parfaite, évidemment, mais il vous faut voir plus grand. Devenir ma cavalière vous ouvrira des portes cachées que vous n'aviez même pas aperçu jusqu'ici. Quant à votre mari, Ravenna n'en fait pas grand cas pour le moment. Et moi non plus. La seule Ebstein qui m'intéresse c'est vous."
Il engloba d'un geste l'intégralité de la personne de Ruthanie, dessinant la courbe de son corps de ses longs doigts fins dans le vide. Le sorcier se tut pendant un moment, laissant un air intensément concentré s'afficher sur le visage de la jeune femme. Il pouvait presque distinguer ses méninges tourner à plein régime. Il se contenta donc de siroter l'excellent breuvage ambré et rougeoyant d'un air lent et tranquille.
Puis il se fendit d'un véritable sourire lorsqu'elle accepta sa proposition.
"Vous me comblez milady..."
Il s'approcha d'elle d'un pas lent et calculé, comme un loup traquant sa proie. Il posa son verre vide sur un des meubles en bois précieux et lui saisit à nouveau l'une de ses mains et la taille. Il déposa un baiser sur la peau blanche et douce, avant d'en glisser un nouveau sur son front chaud. Le Roi s'amusait du trouble grandissant de la dame, y trouvant une certaine excitation.
"Tu deviens donc l'une de mes alliées les plus précieuses Ruthanie. C'est un rang auquel peu de monde accède, mais je n'ai aucune crainte quant au fait que tu t'en montreras parfaitement digne."
Il utilisait maintenant le tutoiement, possessif et intransigeant. Elle était dorénavant en partie à lui, bien plus qu'elle ne l'avait jamais été au lâche qui portait le nom "d'époux". Il se dégagea doucement afin de se resservir un verre.
"Je trinque donc à notre nouvelle et bienheureuse entente ma douce!" fit-il avec un sourire carnassier étirant ses lèvres.


©BESIDETHECROCODILE

........................................

MONSTERS ARE REAL. GHOSTS ARE REAL TOO. THEY LIVE INSIDE US, AND SOMETIMES THEY WIN.

©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


une membre de The Veil
Date d'inscription : 29/02/2016

Je suis une membre de The Veil

Re: Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ( pv Alan) écrit 26.09.16 21:07

Sur une sonate écarlate  glisse un diamant précieux ( pv Alan)
Alan & Ruthanie



Étrange animal qui se tenait dans cette pièce, l'ingénue sorcière sentait l'atmosphère se chargeait d’électricité. Elle détendit ses muscles s'étirant légèrement. Les talons étaient un supplice, mais elle appréciait la silhouette plus élancée que ses bottines lui offraient. Elle n'était pas des premières fraicheurs et pourtant en cet instant fragile, elle se sentait belle et désirable dans les yeux de ce prédateur. Ruthanie savait pertinemment que les rides avaient commencé à marquer le coin de ses yeux. Herr Ebstein lui en avait fait la remarque désagréable quand elle avait osé frapper de son poing d’albâtre sur la table d'ébène de leur salle à manger. Les mots n'avaient fait toujours plus mal que les coups, elle aurait préféré être giflée que répudiait du lit conjugal.

Alan avait un regard magnétique et alors que celui-ci posait ses lèvres douces sur son front, elle ferma les yeux. Un instant fugace, elle ouvrit les yeux s'accrochant au regard acier essayant de sonder l'âme de ce colosse. Elle murmura faiblement " J'espère en être à la hauteur Alan!" Le prénom s'attarda entre ses lèvres alors qu'il allait se resservir un verre de Whisky. Le regard de chat de Ruthanie se posa sur la silhouette. Elle avait tant de questions et aucune ne franchissait les portes de ses lèvres.

Elle acheva son verre et d'une démarche féline avança vers le leader. Elle posa le verre sur le guéridon et à son tour se hissa sur la pointe de ses pieds, sa main gauche se posa sur la taille d'Alan. Elle approcha ses lèvres d'une joue et déposa un chaste baiser, un léger sourire énigmatique au bord de ses lèvres fines et rose. Elle caressa la mâchoire de sa lèvre supérieure avant de s'éloigner et de s'installer sur le sofa qui se tenait devant l'imposante cheminée de la pièce. Tout dans cet hôtel était luxueux, le parfum capiteux d'Alan avait envahi les narines de Ruthanie. Il sentait la forêt et une odeur plus douce dont elle ne se souvenait pas la fragrance. Pensivement, elle plongea ses deux iris dans les flammes, les bûches étaient dévorées par l'avidité du feu.

Un frisson léger hérissa le fin duvet de ses bras, elle sentait le regard de son ôte sur sa nuque. Elle ne connaissait encore rien de lui et n'osait pas quitter le sentier battu d'une conversation presque professionnel. Ses doigts glissaient sur le tissu doux du sofa alors que son esprit vagabondait toujours. Un silence un peu pesant envahissait la pièce et seule le crépitement des bûches résonnaient par moments. Elle se mordit la lèvre et finit par demander presque innocemment " Me trouvez-vous belle Sir Yaxley ? "


........................................

- If you do not walk you will never see the light -

Je pense
Je parle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


un membre de The Veil
Date d'inscription : 11/09/2016
Cursus/Métier : Chef des Aurors/ The King

Je suis un membre de The Veil

Re: Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ( pv Alan) écrit 28.09.16 16:44



❝ Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ❞


Ruthanie & Alan
Il n'y a parfois aucune différence entre le salut et la damnation△
La sorcière faillit le surprendre. En tout cas elle toucha vaguement son égo, flatté d'être désiré par une aussi belle femme. Alan laissa le contact se faire avec un léger sourire, ses lèvres traçant une ligne de feu le long de sa dure ligne de mâchoire, appréciant la main délicate sur lui. Elle se détourna ensuite pour s'asseoir devant le bûcher ronronnant qui diffusait une douce chaleur dans la pièce.
Et puis vint la question qui la taraudait, elle plus qu'entre toutes à cet instant. Miroir, mon beau miroir... Il s'approcha et la détailla, magnifique à la lueur chaleureuse des flammes. Grande et élancée, des jambes vertigineuses surplombées par une chute de rein à damner un saint, son corps était un hymne à la beauté. Mais le plus remarquable chez elle restait son visage, d'une beauté ancienne et intemporelle à la fois. Un teint parfait d'albâtre, des traits d'une finesse somptueuse et enfin, et surtout, ses deux grands yeux d'un bleu-vert infini et insondable.
C'était d'ailleurs eux, qu'il aimait le plus. Tour à tour craintifs, durs, mystérieux, ces deux pierres précieuses étaient à multiples facettes, en changement constant.
Il ne souhaitait pas la réconforter. Ce qu'il désirait c'était qu'elle prenne conscience de ce qu'elle était: une femme forte et splendide qui devait se débarrasser du gêneur s'agrippant à ses jupons, son mari. Cet individu la contrariait, et donc le contrariait lui. S'il demandait une totale soumission de ses subordonnés, il leur assurait en revanche une immunité totale, sous sa garantie. Faire disparaître un sorcier médiocre dont la réputation entachait celle d'une famille respectable ne lui poserait aucun problème moral...
Alan vint s'accroupir devant elle, dans la posture improbable d'un amant demandant sa main. Il leva les yeux vers Ruthanie, souhaitant l'interpeller du regard.
"Ruthanie, tu n'es pas belle. Tu es magnifique. Seul un idiot jugerait du contraire. Mais mon avis ne devrait même pas compter pour toi. Seul le tien importe."
Il se leva, et l'entraîna à nouveau par la main. Ils traversèrent la pièce, passèrent un lourd battant de chêne massif, et débouchèrent sur une vaste chambre dont le lit à baldaquin trônait fièrement en plein milieu. La disposition était atypique, faite pour mettre en évidence une certaine sensualité. Le Roi marqua volontairement un arrêt devant, sa main enfermant toujours celle de la jolie brune, afin de titiller ses instincts certainement enfouis depuis un long moment. Puis il l'emmena devant un miroir en pied, immense et intransigeant. Un lac d'argent entouré de moulures en bois brossées à l'or pur.
"Regarde toi" fit-il en l'installant devant.
Il se plaça derrière elle, entourant sa fine taille de ses mains, posant le bout de son nez dans la lourde cascade de boucles parfumées.
"Qu'y vois-tu?"


©BESIDETHECROCODILE

........................................

MONSTERS ARE REAL. GHOSTS ARE REAL TOO. THEY LIVE INSIDE US, AND SOMETIMES THEY WIN.

©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


une membre de The Veil
Date d'inscription : 29/02/2016

Je suis une membre de The Veil

Re: Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ( pv Alan) écrit 28.09.16 18:45

Sur une sonate écarlate  glisse un diamant précieux ( pv Alan)
Alan & Ruthanie



La question avait franchi ses lèvres, comme un besoin d'être réconforté instantanément. Elle ne serait jamais une grand -mère aimante pour les enfants de sa fille. Violette n'était plus et sans doute déjà les petits vers blancs rongeaient ses os et se repaissaient de sa chair en putréfaction. Elle ne caresserait plus la tignasse abondante de son enfant et ne serrerait plus son petit corps chaud contre le sien quand l'orage gronderait. Elle ne recevrait plus de collier de perles pour la fête des mères, alors que des pensées plus sombres commençaient à nouveau à l'habiter. Elle songea à l'affront suprême de son époux quand elle l'avait trouvé enlacer dans les bras de sa femme de chambre. Comment un homme de noblesse pouvait piétiner dix longues années de vie maritale ? Elle était encore dans ce souvenir immonde ressentant la colère l'embrasait.
*Ingrat petit homme tu te complais dans la luxure te nourrissant de la sève de tes petites catins. Tu te ris de ma douleur et me traites de folle mais imagines-tu quand cet instant je pourrais jeter aux orties ma fidélité et mon amour pour toi ... Suis-je une simple petite bâtarde ? Tu n'imagines pas les vents contraires qui m'assaillent depuis que ma fille n'est plus. Mon corps s'est asséché et je ne ressens plus que du dégoût envers tes pulsions infâmes. Tes petits jeux m'ennuient mon cher ami et je songe doucement à d'autres territoires plus dangereux ...*

Ruthanie avait voulu lacérer le visage de la malheureuse et lui arracher les yeux . Elle c'était tenu droite et immobile dans l’entrebâillement de la chambre et avait assisté impuissante à l'ébat torride de son époux avec cette putain au sang clair ! Elle avait entendu les râles de plaisir de son époux et les cris de jouissance de la jeunette. Absorber par ses souvenirs, elle ne prêta pas attention au mouvement d'Alan et sursauta quand celui-ci lui saisit la main et l’emmena vers cette immense porte qui menait sur une autre pièce. Les mots de ce gentleman étaient toujours si charmeurs. Était-il tel Lucifer un prince du mensonge ?

Les portes s'ouvraient et sous son regard s'étendaient un lit à baldaquin avec de riches tentures et des décorations choisit avec excellence. Elle ne savait plus ou donner du regard, la pièce était un nid d'amours adultère. Alan stoppa la belle devant le lit, laissant Ruthanie quelques secondes observer le décor avec un peu plus de vivacité. Ils avancèrent encore un peu alors que le supplice commença pour la jeune Allemande qui voulut se dérober à la vue de l'objet de ses peurs les plus intimes. Ruth se raidit instantanément songeant presque à mordre la main qui la tenait captive face à cet objet de vérité. Elle n'était pas avide de narcissisme et depuis longtemps avait recouvert les miroirs de la maison incapable de supporter le jugement indélicat de ses lacs argentés.

Ruthanie ferma les yeux incapables de plonger le regard dans ce juge inflexible. Son coeur battait dans sa poitrine et l'air commença à lui manquer. Était-il fou ou cruel de lui infliger cette épreuve. Son corps emprisonnait dans le corset pour maintenir sa taille fine se compressait contre les baleines et ses seins ronds se gonflaient alors qu'elle refusait d'ouvrir ses yeux. Elle se sentait désemparée et prise au piège. Cette sensation était horrible pour cette femme et presque rugissante, elle se retourna toisant d'un regard froid Alan. Un visage peu avenant lui faisait face à présent et le sourire s'était éteint tout comme ses pupilles sombres devenues plus terne et hostile."Je vois une femme qui se fane un peu plus chaque jour. Une créature qui possède une aura de souffrance et qui est incapable de ne pas emporter dans les tourments les gens qu'elle côtoie, un instrument de luxure et une grotesque poupée qu'on a conditionné à ne plus faire que ce que les autres voulaient d'elles . Ruthanie Ebstein n'est qu'une personne fade et névrosée, une mère qui est rongée par la perte de son enfant. Une femme qu'on raille dans certaines demeures ... car cocue ! Voilà ce que je vois dans cet impitoyable lac de cruauté Sir Yaxley ... Quant à Miss Avery ... je sais qu'elle trépigne d'impuissance de montrer au monde ce qu'elle est vraiment ... Et vous Alan aimeriez-vous découvrir cette autre ..."

Les mots étaient presque persiflant et pourtant c'était toujours la même femme qui se tenait à présent contre lui sa taille encore tenue dans ses mains. Ruthanie virevoltaient donc avec deux masques ou peut-être plus elle ne comptait plus les duperies et le bluff dont elle avait fait preuve depuis ses plus tendres années. La tendresse n'était elle qu'un odieux mensonge chez elle . Elle n'avait jamais feint l'amour qu'elle avait ressenti pour sa fille, pour le reste c'était une autre histoire ... Ruthanie enserra de ses deux mains la nuque du roi laissant la pulpe de ses doigts caressait la peau avec une lenteur mesurée. Et susurra dans la pénombre " Ne me force jamais la main Sir Yaxley..."


........................................

- If you do not walk you will never see the light -

Je pense
Je parle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


un membre de The Veil
Date d'inscription : 11/09/2016
Cursus/Métier : Chef des Aurors/ The King

Je suis un membre de The Veil

Re: Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ( pv Alan) écrit 29.09.16 16:55



❝ Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ❞


Ruthanie & Alan
Il n'y a parfois aucune différence entre le salut et la damnation△
Une grimace d'épouvante déforma les traits de la jeune femme, et elle sembla pâlir davantage, se cambrant entre ses doigts, refusant ce que lui renvoyait l'impitoyable juge, immobile et souverain. Miss Ebstein ferma les yeux, si fort que ses paupières en tremblèrent, incapable de soutenir son propre regard. Alan la libéra de son emprise, la laissant se retourner vers lui pour lui offrir une expression froide et terrible. Elle s'exprima d'une voix moribonde, provenant du fond des entrailles de l'allemande.
Loin de le rebuter, cette bipolarisation le fascinait. Il adorait constater les divers changements de l'esprit, et le cas de Ruthanie à la fois mère éplorée, femme avilie, puissante sorcière, ne faisait qu'aviver son intérêt pour elle.
Il la laissa apposer ses deux mains fines derrière son cou, ses longs doigts le caresser comme une mise en garde...
"Loin de moi l'idée de te peiner, ma chère. Mais je dois souligner mon profond désaccord avec ce que tu viens de dire. Une femme, une comme toi, ne dépérit pas: elle vieillit de la plus belle des façons de par l'expérience de toute une vie. La beauté ne se résume pas à la jeunesse. La fierté ne se résume pas à des démentis. Il te faut voir au-delà de ce que le regard des autres t'as renvoyé toutes ces années."
Tendrement, comme par crainte d'effrayer une délicate colombe, il la tourna à nouveau face au miroir en éteignant les lumière d'un bref coup de baguette. Seul le reflet pur et argenté de la lune les éclairait à présent, les baignant dans une lueur fantomatique et magique.
"Le présent ne peut être un passé en puissance. Affranchis toi de ces liens absurdes qui te lie encore avec, et contemple toi avec mes yeux, justes et impitoyables, qui ne discernent devant eux qu'une créature magnifique dont l'honneur n'a été bafoué que depuis trop longtemps et qui se doit de reprendre toute la reconnaissance lui revenant de droit."
Sensuellement, le Roi fit remonter ses mains le long du dur corset, effleurant la pointe de ses seins ronds et pleins, avant de glisser un bras pour entourer son ventre, maintenant de son autre main sa nuque laiteuse afin qu'elle continue à se dévisager.
"Ne te rejette pas. Car en faisant cela tu nieras mes propos. Et je ne mens pas."
Il avait simplement soufflé ces paroles, mais le grondement de sa voix ne laissait aucun doute: sa parole était loi, et il ne tolèrerait pas d'être à nouveau contredit. Ce qu'il voulait c'était que le fauve entraperçu tout à l'heure brise définitivement sa cage. Ce serait un long travail de patience, il en avait bien conscience, mais en sa présence, elle n'avait pas et ne devait pas dissimuler ses pires penchants. C'était ce qui la rendait d'autant plus désirable, ce qui attirait et favorisait son attention. Alan n'avait pas besoin de Mrs Ebstein mais de Ruthanie, chimère de rage et de pouvoir. Enigmatique. Splendide.



©BESIDETHECROCODILE

........................................

MONSTERS ARE REAL. GHOSTS ARE REAL TOO. THEY LIVE INSIDE US, AND SOMETIMES THEY WIN.

©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


une membre de The Veil
Date d'inscription : 29/02/2016

Je suis une membre de The Veil

Re: Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ( pv Alan) écrit 10.10.16 19:14

( Je suis désolée de pas avoir répondu plus vite ^^')

Sur une sonate écarlate  glisse un diamant précieux ( pv Alan)
Alan & Ruthanie



Une dualité intérieure grondait dans le coeur même de la noiraude, ses yeux moribonds reprirent une teinte plus sauvage alors qu'elle laissa manipuler à nouveau. Alan était un maître orateur et pour une fois. Ruthanie baissa un peu sa garde voulant toucher le pouvoir de ses ongles. Elle n'était pas une femme si amorphe et jouer cette pitoyable comédie n'avait pas eu l'effet escompté chez le roi. La voix plus douce, elle murmura " Je suis prête à abandonner mes chaînes, pour vous servir efficacement Alan ! Vos yeux ne m'enlaidissent pas et je suis flattée de vos propos mon cher ami ..."

Ruthanie se remémorait sa dernière discussion avec Ivory et alors qu'elle plongea ses deux obsidiennes dans le miroir. Elle sentit la menace flottait dans les mots de Sir Yaxley. Beau et terriblement dangereux, oui, il était un instrument de perfection ! Étrangement, Miss Ebstein ne ressentit pas vraiment la peur, mais plutôt une excitation malsaine. Elle approchait le monstre de chaos qui détenait dans ses mains gracieuses les rênes du pouvoir et cette sensation enivrait Ruth. Elle n'avait rien ressentit de tel depuis plusieurs années et alors qu'elle fixait l'immense miroir, elle croisa le regard d'Alan. L'homme semblait avoir aperçu le typhon endormit dans le tréfonds de la jeune colombe aux yeux de biche.

" Je ne nierais pas vos propos" articula telle sur le ton de la confidence nocturne. La main d'Alan électrisait la peau laiteuse de Ruthanie qui se colla un peu contre Alan et déglutit alors que sa nuque se retrouva prisonnière de la main sûre de Sir Yaxley, alors qu'elle aurait pu crier cette violence inavouée laissa la jeune femme pensive. Elle avait ressenti ce désir quand elle était plus jeune et que son époux n'était pas cette loque ...

Ruthanie n'était pas une femme de douceur et son plaisir et le trouvait au cœur même de la souffrance. Une dominante dans sa vie de tous les jours et une soumise dans ses ébats amoureux, oui, elle s'était adoucie avec le temps et la routine. Les ébats enfiévrés avaient laissé place au silence et au drap froid. Elle devait s’affranchir. Était-elle vraiment capable de faire ce qu'elle répugnait de son mari. Les mains retombaient mollement le long de son corps, elle finit par se coller encore un peu plus vers Alan. Le bas de son corps frôlant la virilité du roi au travers des épais vêtements. Elle se mordit la lèvre et remonta ses deux bras le long des cuisses de ce prince de minuit. Elle remua les lèvres légèrement enhardies des propos d'Alan. Elle le sentait dans son dos et recevait le souffle et humide sur les bords de sa nuque. Un léger feulement s'échappa de ses lèvres alors qu'elle continuait de regarder son visage dans ce réflecteur de vérité.

"Apprenez-moi Alan, je laisserais mes oripeaux d'agneau dans cette chambre et je deviendrais un scorpion si tel est votre désir mon cher ! Je ne veux pas être votre ennemi Sir Yaxley !"
L'accent germanique résonna dans la chambre alors qu'elle articulait lentement contemplant l'effet de ses propos dans le miroir. Elle s'éloigna de l'homme et se posa face à la fenêtre, la pénombre était douce et s'étendait sur elle comme un manteau de ténèbres. Elle ôta le boléro qui recouvrait ses frêles épaules laissant apercevoir ses épaules dénudées. Le fin tissu tomba de ses mains et sa main resta inerte dans le vide alors qu'elle fixait le roi d'un regard magnétique et animal .

Elle marcha sur le boléro couleur nuit et s'avança telle une panthère vers lui. Ses hanches se balançant légèrement alors qu'elle vint se coller à lui et dans un dernier pas se hissa sur la pointe de ses pieds et déposa ses lèvres sur celle d'Alan, dans un baiser sauvage laissant ses dents pinçaient la pulpe des lèvres du roi. Mordillant alors que son regard ne quittait pas les pupilles du prédateur qui lui faisait face, elle poussa un léger grognement alors que ses dents s'enhardir et que son souffle s’accéléra.

........................................

- If you do not walk you will never see the light -

Je pense
Je parle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


un membre de The Veil
Date d'inscription : 11/09/2016
Cursus/Métier : Chef des Aurors/ The King

Je suis un membre de The Veil

Re: Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ( pv Alan) écrit 11.10.16 14:55



❝ Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ❞


Ruthanie & Alan
Il n'y a parfois aucune différence entre le salut et la damnation△
Avec satisfaction, Alan constata que sa captive provisoire se détendit entre sa prise, rendant les armes. Pour le moment du moins. Ruthanie était comme une panthère, attirée par l'odeur du pouvoir, qui s'en repaissait et se laissait apprivoiser par lui. Et comme il la comprenait...
Elle se fit féline, tactile, laissant ses fines mains s'aventurer à explorer le corps tout en muscles fins et durs qui la maintenait contre lui. Le regard d'Alan devint flamboyant, et un sourire froid et gourmand étira ses lèvres.
"Tu n'es pas un scorpion ma douce, mais plutôt une somptueuse et mortelle panthère. Tout en grâce, captivante et surtout dangereuse. Sache user de tes griffes à bon escient..."
Et toujours pour leur camp.
La belle allemande se dégagea, en proie au désir que ressentait clairement le Roi et qui l'enivrait, comme un parfum lourd et doucereux, entêtant. Près de la haute fenêtre, dans la lueur immaculée que la lune déversait par les carreaux, Ruthanie était plus belle que jamais. Lentement, comme une invitation, elle se dégagea du frêle tissu enveloppant ses épaules, puis se retourna avant de marcher sur lui, telle une conquérante passant à l'attaque.
Leur baiser fut ardent et brutal.
Alan ne rendait de compte à personne, pas même à la Reine, et depuis la mort de sa femme ne s'était pas réengagé auprès de quelqu'un. Il ne collectionnait pas non plus les aventures car il se montrait extrêmement exigeant sur le choix de celles qu'il invitait à partager sa compagnie. Et ce soir, il se trouvait face à une proie de choix, bouillonnante et sauvage.
Il lui rendit donc ses ardeurs, plaquant avec férocité ses lèvres sur celles de Ruthanie, attrapant avec douceur son visage entre ses grandes mains. L'homme l'entraîna contre l'une des colonnes au coin du lit colossal, la coinçant douloureusement dans le dos de son amante. A l'inverse il se mit à butiner avec une tendresse nouvelle ses lèvres pleines, rosies par leur ballet, les caressant d'un frôlement de langue avant de stopper leur petit manège.
Le sorcier contempla le visage qui lui était offert avec contentement avant de repartir dans un doux assaut, embrassant la courbe de ses épaules ivoire.
" Ainsi Antiope, sans prendre aucune autorité et sans se prévaloir de ses charmes, maniera un jour le cœur de son époux, comme elle touche maintenant sa lyre quand elle en veut tirer les plus tendres accords."
Il avait cité Fénélon, un livre moldu qu'il avait lu dans sa jeunesse, d'une voix rauque et voilée, chuchotée dans la chaleur de sa peau. Cette phrase mettait en scène Antiope, princesse Amazone, la seule connue pour s'être mariée à Thésée qui l'eut enlevé de force. Ruthanie lui apparaissait semblable, pouvant tirer partie de ce qui la blessait jusqu'à maintenant. Son époux qui l'avait rabaissé pendant des années devrait payer, et deviendrait un instrument de douce vengeance pour la sorcière.


©BESIDETHECROCODILE

........................................

MONSTERS ARE REAL. GHOSTS ARE REAL TOO. THEY LIVE INSIDE US, AND SOMETIMES THEY WIN.

©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


une membre de The Veil
Date d'inscription : 29/02/2016

Je suis une membre de The Veil

Re: Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ( pv Alan) écrit 29.10.16 22:38

Sur une sonate écarlate  glisse un diamant précieux ( pv Alan)
Alan & Ruthanie



La puissance animale d'Alan grisait la sorcière germanique qui ressentit la morsure des moulures de la colonne du lit dans la cambrure de ses reins, ses lèvres ne s’étirèrent pas en une grimace de douleur, elle gémit légèrement. Cette légère pression laissa un sillon rouge sur sa peau pâle, mais ceci ne sembla pas interrompre le jeu de séduction qui venait de s'engager dans cette chambre spacieuse.

Pourtant alors que les lèvres d'Alan se perdaient sur sa bouche et la courbe de ses épaules, la belle noiraude ouvrit les yeux fixant de son regard perçant l'obscurité qu'elle pouvait voir par la fenêtre, les heures s’égrainaient et les rues du chemin de traverse s'étaient vidé de leur populace diurne. Le Fog commençait à envelopper le trottoir et les lampadaires. Des bourrasques de vent  faisaient vibrer le carreau des larges fenêtres de la chambre. Ruthanie essayait de se persuader qu'il n'y avait rien dehors pourtant le grattement sinistre contre le carreau l'inquiétait plus que de raisons .

Elle avait appris de la reine qu'une personne dangereuse se tenait à la droite du roi. Elle avait croisé la sorcière lors d'une autre réunion et le regard de l'as avait glacé la jeune femme. Son mari avait parlé de cette femme comme d'une gorgone au pouvoir immense. Préoccupée par ses pensées son corps se raidit légèrement. D'une main douce, ses doigts s’enfoncèrent dans les cheveux denses de son amant et demandèrent maladroitement "Votre as n'appréciera sans doute pas notre rapprochement Sir Yaxley ... Je ne voudrais pas semer la zizanie dans vos rangs en m'abandonnant à cette luxure enivrante et déroutante ..." Sa main caressait toujours les cheveux du roi et elle attendait avec impatience la réponse de celui-ci. Le geste n'était pas agressif, elle laissait traînait ses doigts avec tendresse. Alan avait réveillé quelques choses d'endormit chez la sorcière et celle-ci poursuivit son geste affectueux envers cet homme qu'elle venait tout juste de découvrir.

Il était en position de force et se retrouvait ainsi dominer ne faisait pas peur à Ruthanie. Qui profita de mordiller le craquant de l'oreille qui se tenait à hauteur de ses lèvres. Elle picorait délicatement ressentant les prémisses d'une nuit intense dans leur geste et leur attaque commune chacun essayant d'amener l'autre à repousser encore un peu plus les limites de ce jeu encore enfantin. Sa main gauche alla à nouveau s'attarder sur le tissu de la chemise et avec une certaine dextérité réussit à ôter deux boutons tout en contorsionnant sa main comme un petit serpent.Le second bouton céda, ses doigts se posèrent sur la peau chaude de l'homme de pouvoir. La main était frêle et hésitante et elle stoppa son mouvement gardant tout de même contact avec la peau douce de son torse. Elle mumura : " Pour un homme de votre importance, je vous trouve charmant Sir Yaxley ....parfaitement charmant. Je pense que nous pouvons envisager de nous revoir souvent .... enfin si vous le désirez bien évidemment. Votre compagnie m'apporte du réconfort ...  "

Elle ressentait de léger frisson sur la peau d'Alan et un sourire amusé étira ses fines lèvres rouges. Elle chuchota en allemand alors qu'elle poursuivait sa caresse dans la chevelure d'Alan, elle n'arrivait pas encore à comprendre ce qui se déroulait en cette soirée mais elle avait bien compris que sa vie en serait à jamais bouleversée. La douceur et la férocité du dirigeant étaient une véritable bouffée d'oxygène pour la femme mariée et  bridée depuis plusieurs années. Sa raison lui criait de mettre un terme à cette rencontre. Elle ferma les yeux écoutant la respiration d'Alan, elle calqua légèrement la sienne sur celle -ci. Elle ressentait la petite flamme en son sein se propageait dans tout son corps. La pointe de ses seins pressa le carcan de tissus et l'envie de bien plus commençait à envahir le cerveau de la cavalière. Était elle devenue folle de s'abandonner comme une vulgaire catin dans les bras d'un homme de pouvoir . En cette nuit elle avait décidé de ne plus rien s’interdire et même si la peur d'être détruite par une autre amante fit frissonner Ruth celle-ci reprit le déboutonnage de la chemise avec bien plus de ferveur. La passion et l'envie d'être vue comme une femme libre mirent à sac le reste de la raison de Frau Ebstein !
*Plus aucune limite , laissez moi vous appartenir cette nuit Sir Yaxley*


........................................

- If you do not walk you will never see the light -

Je pense
Je parle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


un membre de The Veil
Date d'inscription : 11/09/2016
Cursus/Métier : Chef des Aurors/ The King

Je suis un membre de The Veil

Re: Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ( pv Alan) écrit 01.11.16 10:32



❝ Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ❞


Ruthanie & Alan
Il n'y a parfois aucune différence entre le salut et la damnation△
Alors qu"il s'appliquait à goûter sa peau une imperceptible tension vint tendre les douces épaules de sa proie. L'image de Valentina lui apparut brièvement. Une vision qu'il chassa, incapable de l'évoquer ici, peut-être avec un semblant de remord lui agitant le cœur. Surtout parce qu'il ne voulait pas l'apporter dans cette pièce, pas à cet instant. Parce qu'Alan c'était un fauve écoutant ses instincts, même les plus vils, sans se remettre en cause. Il y avait chez Ruthanie un petit rien, un petit tout qui déchaînait les passions, explosion incandescente, désir insoupçonné. Il a ce qu'il voulait: qu'elle s'abandonne en pâmoison à ses ivresses.
C'est pourquoi il la laissa dévoiler sa peau nue avec complaisance, savourant le contact frais de ses mains sur lui. Féline qu'elle était. Sensuelle. Elle se libérait des chaînes l'ayant entravé pendant trop longtemps, les laissant tomber à terre dans un cliquetis victorieux.
"Oh mais nous allons nous revoir Ruth..." murmura-t-il à même la chaire pâle "Souvent."
Il se recula et lui sourit de la façon la plus sincère certainement de la soirée. D'une main preste et sûre il descendit tranquillement les bretelle de sa robe précieuse avant d'explorer la douceur de son décolleté de la pulpe des lèvres. Voluptuosité somptueuse, le Roi se laissait bercer par la tempête impétueuse ruant dans ses veines, distillant dans son corps une ferveur inattendue.
Bien volontiers il se débarrassa de sa chemise bien coupée révélant son torse. Alan était grand, mais d'une carrure fine et sèche avec des muscles bien dessinés tout en élégance, racés. Il se rapprocha de la belle allemande jusqu'à se que ses cuisses butent contre le cadre de l'immense lit, jusqu'à ce qu'elle s'y asseye. L'homme s'accroupit devant elle et releva délicatement ses jupes. Doigts virevoltants, envoûtants, jusqu'en haut de la jambe fuselée... Puis les ôta, s'attachant à retirer les terribles talons qui enfermaient des pieds délicats.
L'orgueil se disputant à la luxure sur sa bouche, il déposa de légers baiser sur chaque centimètres carré opalescent qu'il pouvait attraper. Amant expérimenté il savait provoquer habilement les frissons et cette crampe qui vous embrasait le bas ventre. Alan se redressa, basculant sur la sorcière avant de s'emparer de ses lèvres, de son cou, sa langue avec sauvagerie et compassion. Ses longues mains s'aventurèrent jusqu'à l'intimité enveloppée de soie de Ruthanie. Le second acte levait le rideau.
En tout cas aurait dû, puisque des coups discrets se firent entendre à la porte.
"Sir? Toutes mes excuses mais Miss Selwin vient de vous envoyer un message." fit la voix étouffée d'un domestique. "Je vous laisse le parchemin sur le petit guéridon."
Le battant s'entrouvrit et se referma discrètement. La bouche enfouie dans la ligne de mâchoire de la sorcière Alan grogna avant de se relevé à regret. Nullement gêné par sa semi nudité il parti s'emparer de l'objet de son dépit. Dans une heure mon tendre. Cinq mots lui sommant d'être aux côtés de Ravenna afin de discuter, tactiquement et potentiellement charnellement. Les lèvres de l'homme se crispèrent une une ligne fine et dure, bouillant presque de colère.



©BESIDETHECROCODILE

........................................

MONSTERS ARE REAL. GHOSTS ARE REAL TOO. THEY LIVE INSIDE US, AND SOMETIMES THEY WIN.

©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé
Je suis

Re: Sur une sonate écarlate glisse un diamant précieux ( pv Alan) écrit Aujourd'hui à 6:03

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La patrouille de l'angoisse : le reveil de Brume écarlate [PV vallée et glace]
» Yvendil ou la Sonate du Diable
» L'aube écarlate
» ~| Attention, ça glisse ! |~ ~| PV |~
» La lettre écarlate (Clyde)


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lux Vitae :: Londres - Sorciers :: Le Chemin de Traverse :: Eden Hotel-