Bonjour les Luxiens Le forum à ouvert ses portes en 2014 Nous sommes sur la version 05
News du 21 septembre: Le premier épisode est enfin dévoilé : Inscription
News du 02 Novembre: Le forum vient de faire peau neuve, voici le thème Lacrymosa Votre avis nous intéresse
News du 02 Novembre: Des membres du forum sont à l'honneur Découvrir les gagnants
Votons pour le forum: Écoutons un peu de musique Changement de la playlist WITCHE RADIO
News du 28 Novembre: Attention un recensement est en cour et prendra fin le jeudi 1 décembreRecensement
Le 28/11 Nous recherchons des Moldus et des membres du gouvernement magique ^^
N'hésitez pas à venir poser des questions on ne mord pas !
N'hésitez pas à nous mettre un petit mot sur nos publicités sur Bazzart et Pub Rpg Design !
Vous pouvez aussi voter sur nos différents top-sites !
Merci à tous !


L'amour a des dents, et ses morsures ne guérissent jamais __ Valentina & Alan




un membre de The Veil
Date d'inscription : 11/09/2016
Cursus/Métier : Chef des Aurors/ The King

Je suis un membre de The Veil

L'amour a des dents, et ses morsures ne guérissent jamais __ Valentina & Alan écrit 16.09.16 17:12



❝ L'amour a des dents et ses morsures ne guérissent jamais ❞


Valentina & Alan
Les monstres aussi tombent amoureux △
Alan quitta doucement les draps froissés, laissant la silhouette blonde paisiblement endormie. Il se dirigea vers la salle de bain, luxueuse, et y prit une douche rapide, ne laissant pas le temps à l'eau chaude de délasser ses muscles. En cette heure matinale il était pressé. L'homme se rhabilla sans bruit, prenant dans une armoire une chemise et vêtements propres, signe de son habituelle fréquentation du lieu. Sans un regard pour celle qui rêvait encore paisiblement, il referma la porte et transplana.
Le jour n'était pas encore levé mais la nuit commençait à se retirer dans une atmosphère incertaine que Alan trouvait sinistre. Il avait rendez-vous avec une personne bien particulière en ce début de journée. L'homme se mit à marcher à longues enjambées en direction d'un recoin dissimulé aux regards de Hyde Park, levant le grand col de son manteau en drap de laine pour se protéger de la bise mordante. Plusieurs fois, il jeta un rapide coup d’œil aux alentours afin de s'assurer ne pas être suivis. Enfin il parvint au banc, si lequel il s'assit, et s'alluma une cigarette. Il se renversa sur le dossier en laissant échapper une longue bouffée qui s'évanouit dans la lumière des réverbères. Puis il se décida enfin à sortir sa baguette pour créer un périmètre sécurisé, empêchant tout indésirable de le franchir.
Profitant de l'attente il se mit à réfléchir, les lèvres serrées dans une ligne mince, n'acceptant de s'ouvrir que pour le mégot brûlant. Il venait de passer une énième nuit dans le lit de la Reine, acceptant ses caprices et se laissant aller aux siens. Il y a quelques années, une telle occasion ne lui aurait laissé qu'un sentiment triomphant de satisfaction et de presque joie. Aujourd'hui cela le laissait quasiment de marbre, avec un léger dégoût. Lui qui pouvait sacrifier sans ciller un nombre de vies certain ne parvenait plus à se réjouir de partager des moments intimes avec son amante. Sur le coup il n'avait aucune hésitation laissant libre cours à ses désirs, mais passé l'acte... Il s'était rendu compte que depuis que la belle italienne était rentrée dans sa vie, celle qui lui faisait tant penser à son épouse disparue, ce qu'il désirait vraiment n'était peut-être pas ce qu'il s'imaginait. Le bon sens et son amour pour le bien-être de l'organisation lui dictait pourtant de ne pas pousser plus avant ses réflexions sur le sujet, mais son égoïsme avait la part belle. L'évidence n'était pas facile à admettre, mais pourtant c'était bien son bel as de cœur qui habitait ses quelques rêves.

Un peu plus loin, il entendit un craquement, et su qu'elle était là. Fantôme de son passé, pilier de son présent, Valentina DeMedicis apparut aussi belle que toutes les autres fois. Avec un doux sourire et en lâchant le reste de sa cigarette, Alan se leva pour l'accueillir d'un baise-main protocolaire, en laissant toutefois ses lèvres s'attarder plus que de rigueur sur la peau fine et fraîche.
"Bonjour Valentina, merci de t'être déplacée aussi tôt."
Sa voix était grave et encore légèrement voilée de sommeil. Il l'entraîna gracieusement pour s'asseoir auprès de lui (et pourtant bien trop loin à son goût).
"J'ai besoin de discuter avec toi. Tu es ma plus fidèle alliée et amie. Et entre amis nous devons savoir nous entraider n'est-ce pas?"
Il traînait en longueur, souhaitant la faire patienter avant de commencer à déverser l'idée qu'il avait derrière la tête.
©BESIDETHECROCODILE

........................................

MONSTERS ARE REAL. GHOSTS ARE REAL TOO. THEY LIVE INSIDE US, AND SOMETIMES THEY WIN.

©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


personne
Date d'inscription : 10/01/2016
Cursus/Métier : Professeur de Potions
Localisation : Angleterre
Humeur : Vraiment ?


Je suis personne

Re: L'amour a des dents, et ses morsures ne guérissent jamais __ Valentina & Alan écrit 16.09.16 23:06


 
Alan & Valentina
(King & Ace) ▽ L'amour a des dents, et ses morsures ne guérissent jamais.  
C'était toujours avec une certaine excitation que je me réveillais, lorsque je savais que je rejoindrai mon Roi. Mais c'est aussi l'angoisse qui me gagnait à chaque fois que je savais notre rendez-vous imminent. Son état allait de mal en pis. La Reine, à l'image d'une sangsue, suçait toute son énergie et ça me révoltait. Il perdait son goût pour tout et j'étais bien la seule à réussir à ne pas se laisser immerger par la vague. Jusque quand tiendrait-il le coup ? Allait-elle le faire céder ? Moi vivante, ça n'arriverait pas.

L'implication de The Veil en Angleterre avait été nettement plus efficace et notre influence et notre pouvoir ne faisaient qu'accroître. Pour notre plus grand plaisir. Mes missions étaient de plus en plus fréquentes, surtout envers les moldus, du moins quand j'arrivais à leur forcer la main. Terroriser le monde non-magique n'était pas la priorité, malheureusement. Mais j'arrivais finalement à faire ce que je voulais : j'étais têtue et ambitieuse et ça me rendait service plus que ça ne m'handicapait en ce moment même si mes rapports avec la Reine étaient plus des rapports de force. Même si elle contrôlait the Veil, elle avait besoin de moi, le Roi tenait beaucoup trop à moi pour me remplacer et je tenais beaucoup trop à lui pour le laisser.

Je m'étais apprêtée, avais attrapé ma baguette et avais transplané jusqu'au point de rendez-vous. J'y retrouvais Alan et adressais un léger sourire en coin pendant son baise-main. Il me guidait près de lui et je l'étudiais tandis qu'il me parlait. Sur son visage, on voyait bien l'emprise que Morphée avait encore sur lui. Sa voix aussi presque éteinte de sommeil. Mais ça n'enlevait rien à son charme. Je l'ai toujours trouvé bel homme, même son visage marqué par l'expérience et le deuil me plaisait. Et mentalement, il ressemblait à mon défunt père. Le voir aussi triste d'avoir perdu à sa femme me faisais penser à mon père devenu fou d'avoir perdu ma mère... D'une tout autre manière certes. Mais leur réaction montre le grand cœur qu'ils avaient pu avoir et tout l'amour qu'ils ont pu leur porter. Je déposais ma main sur la sienne avec un sourire rassurant et c'est de mon petit accent italien que je lui répondais :

- Bien sûr, qu'il faut s'entraider et tu sais bien que tu peux compter sur moi. Mais cesse de me faire languir, tu me fais peur. Dis moi ce qui te tracasse.  
(c) AMIANTE

   


........................................
Luxe, calme et volupté
Que j'aime voir, chère indolente, de ton corps si beau, Comme une étoffe vacillante, Miroiter la peau ! [...] Tes yeux, où rien ne se révèle de doux ni d'amer, sont deux bijoux froids où se mêle l'or avec le fer. A te voir marcher en cadence, belle d'abandon, on dirait un serpent qui danse au bout d'un bâton. -  Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


un membre de The Veil
Date d'inscription : 11/09/2016
Cursus/Métier : Chef des Aurors/ The King

Je suis un membre de The Veil

Re: L'amour a des dents, et ses morsures ne guérissent jamais __ Valentina & Alan écrit 17.09.16 11:48



❝ L'amour a des dents et ses morsures ne guérissent jamais ❞


Valentina & Alan
Les monstres aussi tombent amoureux △
La jolie brune posa à son tour sa main sur la sienne, répondant ainsi à un besoin muet de l'homme. Son contact était l'une des choses les plus agréables qu'il connaissait. Alan la fixa d'une regard impénétrable, détaillant son visage de madone derrière lequel se cachait une ambition enflammée et des convictions inflexibles. Il savait que le début de la discussion pouvait être houleux, mais l'envie de se livrer était trop forte. Parler lui permettait de mettre ses idées au clair, de débrouiller le flot d'étranges sentiments qui l'agitaient.
" Je viens de quitter la reine..."
Il ne s'étendit pas plus, laissant l'idée se frayer un chemin dans l'esprit de Valentina qui devait saisir l'intimité du moment de la nuit passée.
" Et j'ai la désagréable impression d'être englué dans une toile d'acier. Je doute de l'association que je puis avoir avec elle Valentina. "
Les aveux qu'il prononçait étaient terribles. Si cela n'avait été la belle italienne en face de lui, si elle n'avait ressemblé autant à sa chère épouse, jamais ces paroles n'auraient franchis ses lèvres. Ces derniers temps le jeu de pouvoir atteignait un tel degré d'intensité, les coups s'enchaînaient si rapidement, qu'il sentait un poids nouveau sur ses épaules. Alan n'était pas quelqu'un d'expansif. Dur, déterminé, cruel lorsque la nécessité se faisait ressentir, c'était un homme de pouvoir dont l'ambition ne connaissait pas encore de frontières. Mais avec elle c'était différent. Il la savait d'une loyauté à toute épreuve, et en ces temps si mouvementés, un pilier solide faisait toute la différence.
" Ces dernières années l'organisation s'est développée d'une manière spectaculaire, mais nos projets sont encore loin d'être accomplis. Pourtant je ressens des tensions intestines entre deux camps, et cette situation ne peut nous être profitable. Un affaiblissement n'est pas envisageable, ,nous devons être forts, unis. Quels sont les derniers murmures à ce sujet que tu as pu entendre ma douce? "
Le Roi connaissait les talents de manipulation de la jeune femme. Elle occupait une place importante au sein de The Veil, et savait en user avec adresse. Son as de cœur était une alliée de poids pour lui, elle était ses yeux et ses oreilles, son petit oiseau chanteur. Il se rendit compte que durant toute sa diatribe, son pouce traçait de tendres cercles sur la peau douce de son interlocutrice. Alan sentit un diaphane fantôme du passé lui enserrer le cœur d'une main de pierre. Il avait l'habitude d'effectuer ce geste avec sa tendre Eléanor lorsque tous deux conversaient au coin d'un bon feu flambant. L'emprise - encore inconsciente? - que Valentina exerçait sur lui le déstabilisait, lui dont le palpitant semblait pris depuis des années dans une glace éternelle, inattaquable. Pourtant le regard azuré de son as entamait plus sûrement qu'une pointe en diamant ses défenses.
©BESIDETHECROCODILE

........................................

MONSTERS ARE REAL. GHOSTS ARE REAL TOO. THEY LIVE INSIDE US, AND SOMETIMES THEY WIN.

©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


personne
Date d'inscription : 10/01/2016
Cursus/Métier : Professeur de Potions
Localisation : Angleterre
Humeur : Vraiment ?


Je suis personne

Re: L'amour a des dents, et ses morsures ne guérissent jamais __ Valentina & Alan écrit 21.09.16 20:01


 
Alan & Valentina
(King & Ace) ▽ L'amour a des dents, et ses morsures ne guérissent jamais.  
Mon cœur ratait un battement lorsqu'il m'avouait sa nuit avec la Reine. J'étais presque furieuse d'entendre qu'il partageait quelque chose d'aussi intime avec elle. Etais-je jalouse ? Avait-il une telle emprise sur moi que l'idée même de les savoir ensemble pouvait me sortir de mes gongs ? Mes sourcils se froncèrent aussitôt, mon regard fut fuyant mais plus pour très longtemps : je l'entendais enfin me parler de ses craintes sur la Reine, de ses sentiments, du danger que j'avais vu et qu'il ressentait aussi. Mon ouïe me jouait-elle des tours ? Ses caresses sur ma main avaient l'air trop vraies pour que ce soit un rêve. J'avais enfin réussi à lui faire ouvrir les yeux sur le problème qu'elle était pour lui et pour l'organisation.

Il demandait ensuite la température de notre clan. C'était assez difficile de tout résumé, les tensions étaient présentes et pour des tas de raisons différentes... Il fallait au moins lui dire les plus grosses dissidences pour pouvoir calmer ensuite les moins importantes.

- Alan... C'est en amie que je te parle et c'est seulement pour ton bien que je te le dis : cette femme est un poison qui t'affaiblit chaque jour qui passe. Un Roi faible dans une organisation qui prend le pouvoir de Londres est une mauvaise chose et si cette femme agit seule, elle risque la mort de notre entreprise, Alan. Tout ce que tu as entrepris pour cette organisation va tomber à l'eau. Et je tiens beaucoup trop à toi pour te laisser tomber...

Je déposais ma main sur sa joue, cette fois, pour la lui caresser et lui sourire tendrement, quelques secondes. Ma main retomba finalement sur mes genoux. J'en avais peut-être trop dit, trop fait, mais tant pis. Il me fallait être honnête pour qu'il comprenne l'importance de mon discours et prendre les mesures adéquates contre cette femme... Si toutefois il était décidé à agir. J'avais toujours peur d'en dire trop, de me le mettre à dos et je ne ferai certainement pas ce plaisir à cette vipère...

- Pour ce qu'il en est de l'organisation, nous sommes en plein essor. Les récents événements nous ont permis d'avoir recruté de nombreux adeptes en soif de se venger du Ministère et de prendre le pouvoir. Seulement, nous n'avons pas encore les pleins pouvoirs. Nos places au Ministère sont encore fragiles, nous n'avons pas encore placé tous nos pions et ces querelles intestines que tu ressens nous permettrons seulement de nous déchirer et de sombrer. Il y a le premier problème qui vous concerne, la Reine et toi. Beaucoup se méfient d'elles et n'osent pas faire pleinement confiance à l'organisation. D'autres sont ses pions, ses alliés proches et cherchent à faire disparaître ou faire taire ceux qui la dérange. Alan, tu ne seras pas surpris de savoir que je suis en tête de liste. Le second problème concernent les personnes qui veulent revenir à une pureté du sang sorcier et ceux qui trouvent cette idée archaïque et dérangeante. Je ne pense pas que les gens soient prêts pour ce genre d'idées et les investigateurs de ce courant devraient se faire discret un instant, se faire oublier pour ressurgir au bon moment.

Les investigateurs de ce mouvement... Autrement dit, moi. Je devais me la fermer quelques mois pour ne pas faire fuir les nouveaux arrivants. J'avais grand intérêt à prendre en pouvoir au Ministère afin d'avoir du poids pendant le changement de gouvernement.
Je regardais attentivement Alan en attente de réaction, avec toujours cette même crainte d'en avoir peut-être trop dit.

- Une idée pour renverser la tendance, moi Roi de Cœur ?
 
(c) AMIANTE

 


........................................
Luxe, calme et volupté
Que j'aime voir, chère indolente, de ton corps si beau, Comme une étoffe vacillante, Miroiter la peau ! [...] Tes yeux, où rien ne se révèle de doux ni d'amer, sont deux bijoux froids où se mêle l'or avec le fer. A te voir marcher en cadence, belle d'abandon, on dirait un serpent qui danse au bout d'un bâton. -  Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


un membre de The Veil
Date d'inscription : 11/09/2016
Cursus/Métier : Chef des Aurors/ The King

Je suis un membre de The Veil

Re: L'amour a des dents, et ses morsures ne guérissent jamais __ Valentina & Alan écrit 23.09.16 19:08



❝ L'amour a des dents et ses morsures ne guérissent jamais ❞


Valentina & Alan
Les monstres aussi tombent amoureux △
Alan écouta, fatigué, ce que savait déjà son inconscient. Il ressentait les effets néfastes de sa relation malsaine avec la Reine. Liens de sang, aux relents entêtants de lente décomposition, voilà ce qui le liait plus sûrement qu'une chaîne d'acier à cette femme. Malgré toute son horreur grandissante il ne pouvait s'empêcher de céder à ses caprices. Malgré son envie de la détrôner, il l'aimait. C'était quelque chose d'insensé et de dévorant, qui vous saisissait par les entrailles et vous ravageait jusqu'au cœur. Un cœur qu'Alan pensait avoir disparu depuis longtemps mais qui le pinçait douloureusement depuis qu'il avait rencontré Valentina. La main fraîche qu'elle posa sur sa joue creuse lui fit l'effet d'une apaisante pluie d'été. Alan adorait la pluie.
" Je ne suis pas faible" gronda-t-il malgré-lui "Mais ces stupides querelles m'exaspèrent! Nous avons tellement encore à accomplir plutôt que déjà nous entredéchirer. C'est d'un pénible..."
Il adoucit son regard, conscient de la dureté de sa voix. Ce n'était pas contre la jeune femme qu'il était en colère, mais contre la situation. Contre lui-même. Il se crispa à nouveau à l'évocation de la liste noire de Ravenna, serrant les mâchoires.
"Personne ne te fera quoi que ce soit. Seul un fou oserait s'opposer à la totale immunité que je t'ai accordé. Et même Selwin ne peut y contrevenir."
Il aurait voulu la rassurer en la serrant contre lui, en lui offrant les pauvre lambeaux d'amour qu'il lui restait, mais il avait vite compris que la belle italienne n'était pas de celles que l'on étouffaient sous des intentions trop lourdes ou en les sur-protégeant. Elle était forte, indépendante. Il ne doutait pas de son aptitude à survivre dans des milieux troubles.
"Quant au Ministère ce n'est qu'une question de temps pour qu'il nous soit acquis. Beaucoup se tournent vers notre extrême, craignant la faiblesse de leur gouvernement. Poudlard ne fut que l'introduction de notre partition, il s'agit de la continuer avec grâce. Tu seras l'une des solistes de cet acte, Valentina. Tu es belle, charmante et intelligente. Modère tes ardeurs et ils seront tous à tes pieds."
Le Roi distingua la crainte de son emportement dans ses prunelles bleutées. Il sourit à demi, peu rebuté par ses convictions. S'il n'entretenait pas lui-même une haine féroce à l'égard des moldus, il jugeait néanmoins qu'un sorcier de sang pur valait mieux qu'un sang-de-bourbe. Mais elle avait raison: ce n'était pas une vitrine très vendeuse pour eux.
"Nous allons faire profil bas, de façon individuelle. Chaque membre devra en recruter un nouveau pour lui montrer la voie. Aujourd'hui l'humain se manifeste comme une maladie gangréneuse et nauséabonde qui ne cesse de croître. Mais j'ai bon espoir que l'équilibre soit rétablit, au moins pour les générations à venir... Comment cela se passe-t-il pour toi au Ministère?"

©BESIDETHECROCODILE

........................................

MONSTERS ARE REAL. GHOSTS ARE REAL TOO. THEY LIVE INSIDE US, AND SOMETIMES THEY WIN.

©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


personne
Date d'inscription : 10/01/2016
Cursus/Métier : Professeur de Potions
Localisation : Angleterre
Humeur : Vraiment ?


Je suis personne

Re: L'amour a des dents, et ses morsures ne guérissent jamais __ Valentina & Alan écrit 30.10.16 14:09


Alan & Valentina
(King & Ace) ▽ L'amour a des dents, et ses morsures ne guérissent jamais.  
La dureté de son discours me fit me braquer. J'avais un léger mouvement de recul, je regardais par dessus son épaule pour ne plus à le regarder dans les yeux. J'étais susceptible, autant que lui sûrement et il m'arrivait très souvent de me braquer avec lui lorsqu'il parlait de la Reine. D'autant plus quand il ne comprenait pas – ou ne s'avouait qu'à moitié – la gravité de l'influence de cette femme dans notre clan. Pourquoi ne lui disait-il pas simplement au revoir ? Parce qu'il était attaché à elle et à cette idée je sentais la rage me prendre les tripes. J'étais... jalouse ? Oui, jalouse de ne pas être à sa place, jalouse de ne pas être la Reine, ou qu'il soit encore à ses côtés à elle tandis que les miens sont remplis de vide et de faux-semblants. Je me mords un instant la lèvre comme pour retenir le tumulte à l'intérieur et fus beaucoup moins brusquée lorsque son regard se fit plus doux. Et malgré moi, je lui souris. Je ne pouvais jamais rester fâchée très longtemps contre lui.

L'évocation de la liste ne lui fit visiblement pas plaisir et je vis sa mâchoire se contracter. Acte fascinant des hommes, je ne pouvais m'empêcher d'aimer ça. Là où les femmes aiment les physiques de rêve, les abdos, les dos larges et les gros bras, moi j'aime la mâchoire. Allez savoir pourquoi. Après ses quelques secondes d'absence, je me rendis compte qu'il me défendait. Que j'étais privilégiée, que j'avais une immunité de sa part, parce que j'étais le meilleur de ses soldats – seulement ça, Valentina, reprends toi. Difficile de me reprendre lorsqu'il me complimente. Je suis une femme, je suis sensible à ça. Je lui adresse un sourire mystérieux en réponse au sien. Moi qui m'étais drôlement sentie très seule depuis quelque temps, beaucoup plus que d'habitude, moi qui suis habituellement solitaire, je me sentais soutenue et ça me faisait un bien fou.

- Difficile pour moi d'entrer au Ministère de la Magie avec ma nationalité italienne. Mais je me fais petit à petit des amis, des connaissances, je suis certaine que je réussirai à passer la porte. Peu importe que je prenne la petite ou la grande.

Je passais mes bras autour de son cou et déposais ma joue contre la sienne. Je l'enlaçais. Je fermais les yeux un instant en humant son odeur avant de lui avouer :

- Je sais que ça ne me ressemble pas. Et que c'est déplacé. Mais j'avais besoin de le faire. Merci de m'épauler, Alan. Je suis certaine qu'en restant là l'un pour l'autre, on tiendra le coup et nous irons loin. Très loin. Dans quelques années, Voldemort et Grindelwald envieront notre apogée, parce que je suis certaine que nous aurons atteint le point qu'ils n'ont jamais pu atteindre.
(c) AMIANTE

 


........................................
Luxe, calme et volupté
Que j'aime voir, chère indolente, de ton corps si beau, Comme une étoffe vacillante, Miroiter la peau ! [...] Tes yeux, où rien ne se révèle de doux ni d'amer, sont deux bijoux froids où se mêle l'or avec le fer. A te voir marcher en cadence, belle d'abandon, on dirait un serpent qui danse au bout d'un bâton. -  Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


un membre de The Veil
Date d'inscription : 11/09/2016
Cursus/Métier : Chef des Aurors/ The King

Je suis un membre de The Veil

Re: L'amour a des dents, et ses morsures ne guérissent jamais __ Valentina & Alan écrit 01.11.16 12:21



❝ L'amour a des dents et ses morsures ne guérissent jamais ❞


Valentina & Alan
Les monstres aussi tombent amoureux △
Alan était serein quant à la réussite de son as. Elle était douée pour nouer des relations, insidieuse et assertive. Avec son joli minois et son intuition personne ne résistait à ses charmes féminins.
"Je n'ai aucun doute sur ton travail ma douce." acquiesça-t-il tranquillement.
Il ne la repoussa pas lorsqu'elle vint se percher sur ses genoux, féline. Si Alan consentait à partager son corps afin d'assouvir des besoin purement virils, la seule qui pouvait prétendre à la posséder entièrement était Valentina. Uniquement elle. C'était son évidence qui parvenait à faire fondre imperceptiblement la gangue gelant sa partie humaine. Valentina c'était un rayon de soleil qui s'apposait sur sa peau, timide comme au printemps, réconfortant comme en plein hiver.
Savourant la caresse de ses lèvres il enfouit son nez dans son épaisse chevelure brune. Elle sentait la vanille et la cannelle, avec un soupçon poudré de jasmin. Une odeur de femme qui lui remuait les synapses. C'est dans cette position qu'il aurait pu rester ainsi pendant de longs moments.
"Est-ce que tu viendras au bal des Malefoy avec moi? Si tu parviens à te déguiser suffisamment personne n'y prêtera une attention particulière..."
Le Roi caressa machinalement du pulpe de son pouce le dos de la main de la brune, appréciant la peau fine parsemée de délicates veines se fondant dans le teint olivâtre. Il y avait toujours ce laps de temps entre eux, cette distance qui nécessitait quelques instants avant de disparaître. Valentina se protégeait de lui comme il essayait vainement de le faire vis à vis d'elle.
Face à la jeune femme, personne ne tenait la comparaison. S'il appréciait autant leurs petites entrevues c'était parce qu'elles étaient intouchables. Les consignes étaient strictes: personne n'avait le droit de l'interrompre pendant, rien ne venait s'interposer. Et dans sa vie tourbillonnante c'était exceptionnel et unique.
"Ah Valentina "soupira-t-il à fendre les pierres "Qu'est-ce que tu ne me ferais pas faire..."
Devant ses grands yeux interrogateurs il ne put se résoudre à rompre cette bulle fragile tout de suite. Les mises en garde attendraient encore quelques minutes, juste une poignée de secondes le temps qu'il profite encore de cette chaleur qu'il percevait même au travers des tissus.


©BESIDETHECROCODILE

........................................

MONSTERS ARE REAL. GHOSTS ARE REAL TOO. THEY LIVE INSIDE US, AND SOMETIMES THEY WIN.

©BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


personne
Date d'inscription : 10/01/2016
Cursus/Métier : Professeur de Potions
Localisation : Angleterre
Humeur : Vraiment ?


Je suis personne

Re: L'amour a des dents, et ses morsures ne guérissent jamais __ Valentina & Alan écrit 24.11.16 22:35


Alan & Valentina
(King & Ace) ▽ L'amour a des dents, et ses morsures ne guérissent jamais.  

Je caressais sa nuque du bout des doigts alors qu'il s'étaient enfouis dans ma crinière ébène. J'aurai voulu rester là des heures pour profiter de sa présence. Je ne le voyais pas assez, c'était certain, mais nous avions beaucoup trop de choses à faire pour The Veil. Et le voir tous les jours ne m'aiderait pas à résister à mon attirance pour lui. Je soupirais légèrement et à la demande de Alan, je ne pus m'empêcher de sourire.

- Serait-ce une invitation ? dis-je en riant légèrement. Je viendrai au bal avec toi, c'est promis. Pour ce qu'il en est de la discrétion... Je vais faire mon possible... Mais tu sais que les italiens et la discrétion... C'est pas la meilleure combinaison.

J'avais répondu de façon enjouée, en plus de mon accent chantant. Mon sourire mutin accompagnée mon attitude féline, comme un chat qui se frotte à toi en ronronnant, je laissais mes doigts glisser sur ton avant-bras, les yeux pétillant. Je comptais bien être le déguisement le plus voyant de toute la soirée et le plus provocant... Ah ça, oui.

Sa dernière phrase était... étrange, énigmatique, pleine de sous-entendus. Je l'interrogeais du regard un instant et je compris que c'était un de ces instants silencieux dont il aimait profiter. Un de ces instants qu'on appréçiait à chacune de nos entrevues. Je fermais les yeux un instant mais au bout de quelques secondes qui me paraissait interminables, ma curiosité pris le dessus.

- Suis-je un poids tellement lourd que tout l'air de tes poumons n'arrivent pas à démontrer ta peine ? Qu'est-ce que je te fais faire, mon Roi de Coeur ?

Je souris une nouvelle fois avant de me lever subitement. Je croise les bras en faisant mine d'être vexée. Je joue avec les cailloux au sol du bout de mon escarpin, regardant parfois par dessus mon épaule pour voir sa réaction.

- Je sais que j'ai mauvais caractère, mais quand même. La simple évocation de moi devrait te faire sourire, pas soupirer !
(c) AMIANTE

 


........................................
Luxe, calme et volupté
Que j'aime voir, chère indolente, de ton corps si beau, Comme une étoffe vacillante, Miroiter la peau ! [...] Tes yeux, où rien ne se révèle de doux ni d'amer, sont deux bijoux froids où se mêle l'or avec le fer. A te voir marcher en cadence, belle d'abandon, on dirait un serpent qui danse au bout d'un bâton. -  Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé
Je suis

Re: L'amour a des dents, et ses morsures ne guérissent jamais __ Valentina & Alan écrit Aujourd'hui à 3:24

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» la faim plus fort que l'amour
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» Li cacho-dent (casse-dents ou croquets aux amandes)
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lux Vitae :: Londres - Moldu :: La Cité de Londres :: Hyde Park-