Bonjour les Luxiens Le forum à ouvert ses portes en 2014 Nous sommes sur la version 05
News du 21 septembre: Le premier épisode est enfin dévoilé : Inscription
News du 02 Novembre: Le forum vient de faire peau neuve, voici le thème Lacrymosa Votre avis nous intéresse
News du 02 Novembre: Des membres du forum sont à l'honneur Découvrir les gagnants
Votons pour le forum: Écoutons un peu de musique Changement de la playlist WITCHE RADIO
News du 28 Novembre: Attention un recensement est en cour et prendra fin le jeudi 1 décembreRecensement
Le 28/11 Nous recherchons des Moldus et des membres du gouvernement magique ^^
N'hésitez pas à venir poser des questions on ne mord pas !
N'hésitez pas à nous mettre un petit mot sur nos publicités sur Bazzart et Pub Rpg Design !
Vous pouvez aussi voter sur nos différents top-sites !
Merci à tous !


I'm in desperate need of Chanel — PV Valshe




une vampire
Date d'inscription : 24/09/2016
Cursus/Métier : Parasite de la société

Je suis une vampire

I'm in desperate need of Chanel — PV Valshe écrit 05.10.16 22:46


   
I’m in desperate need of Chanel
(Coco Chanel) ▽ A Woman with good shoes is never ugly  
C’était la vision de son dressing qui lui fit envoyer sa chouette à son lointain descendant. Ignorer la mode actuelle n’avait que trop duré, et en voyant l’âge de ses vêtements, en constatant leur début d’usure, elle savait qu’il lui fallait aller faire les magasins. Mais y aller toute seule était absolument hors de question, et ce pour plusieurs raisons. D’une, elle devait se rendre en Londres moldu, et même par le passé, ça ne lui avait jamais plu. De deux, il fallait qu’elle trompe les systèmes de sécurité des magasins qu’elle visait, car évidemment, ce n’était pas comme si elle pouvait s’y pointer de jour. Et de trois, elle n’avait tout simplement aucune envie d’être toute seule. Elle avait passé une éternité seule avec ses rêves, et elle voulait passer un peu de temps en compagnie de sa chair et son sang. Et si en plus de cela elle pouvait en retirer une ou deux (plutôt dix) paires de chaussures, alors c’était tout ce qu’il lui fallait. Pour passer un peu inaperçue, elle drapa par-dessus ses tissus victoriens un grand manteau qui lui donnait l’air gothique (bien qu’elle ne fût pas au courant d’une telle distinction), et arrangea sa coiffure en d’élégantes boucles blondes. Elle se revêtit des parures de bijoux nécessaires, en or blanc, toujours, et transplana quelques instants plus tard.

L’un de ses problèmes était qu’elle ne savait pas où était la grande surface qu’elle visait : Harrods. Après un échange de lettres, Valshe lui avait assuré qu’ils trouveraient ensembles, et avança même l’idée de prendre le ‘tube’. Sinistra l’avait connu à ses débuts, très peu d’années avant sa condamnation. Ce train souterrain, peu éclairé, avait été certes pratique, et elle avait admis que les moldus savaient faire une chose ou deux. Par ailleurs, elle était un peu anxieuse de voir comment les souterrains avaient évolués aujourd’hui. Elle n’avait nul doute que comme le reste, tout avait progressé. Elle n’avait jamais été grand fan de la technologie, à l’inverse de certains de ses anciennes connaissances vampires, qui, pas tous anciens magiciens, s’extasiaient devant les inventions humaines, devant les derniers ‘fusils’ et ‘pistolets’, canons, et autres armes de guerre. Sinistra les avait vu, ces armes, et si elle n’en appréciait à peine que l’esthétique, elle n’était pas stupide au point de penser qu’un magicien leur serait supérieur. Elle avait vu leur efficacité, et elle savait qu’une baguette était moins rapide que la balle d’un fusil.

Sinistra n’étaient pas de ceux qui pensaient que l’asservissement de la race humaine (c’est-à-dire moldue) était une bonne idée. Elle savait qu’ils étaient supérieurs en nombre, et qu’ils faisaient preuve d’une intelligence à couper le souffle pour combler le manque de magie. Trop nombreux étaient les sorciers qui les sous-estimaient. Non, pour Sinistra, la meilleure solution était de rester chacun dans son coin, et de faire semblant que l’autre n’existait pas. Se révéler au monde ? Une erreur. Essayer de dominer le monde ? Une erreur. C’était notamment pour cela qu’elle n’était pas particulièrement encline à se joindre aux rangs de The Veil. Ca, et le fait qu’elle était persuadée que leur combat été voué à l’échec. Par ailleurs, elle n’était pas au point de prendre parti pour la cause inverse. Non, elle resterait à peu près neutre, et puis elle ira là où le vent la porte.

Quoi qu’il en soit, Valshe était en retard. Il lui avait donné rendez-vous à l’entrée arrière du Ministère, non loin d’une entrée de métro, d’après ce qu’elle avait compris, et pourtant, le descendant semblait se faire attendre. Soupirant, elle croisa les bras, et s’adossa lentement à la façade du monument. Elle avait les yeux fermés, mais elle restait particulièrement attentive à ce qui l’entourait. Non loin de là, un rat longeait la façade.
▲ Me, Myself & I
(c) AMIANTE

   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


un membre du ministère
Date d'inscription : 16/09/2016
Cursus/Métier : Distraction pour ces Grandes Gens
Localisation : Sur votre canapé, dans vos bras, derrière un rideau ? ♥
Humeur : Dansante ♥


Je suis un membre du ministère

Re: I'm in desperate need of Chanel — PV Valshe écrit 07.10.16 19:14

Desesperate need of chanel
Accoudé à un balcon, un jeune homme observait les bas-fonds de cet air impassible, pourtant peu connu de cet énergumène. Ses longues mèches de cheveux bleus se laissaient porter au vent, surplombant cette effervescente  ruelle, s'affairant sous ses pieds. Valshe paraissait pensif, pour une fois il ne portait point ce bandeau noir masquant ses yeux, et abandonnait ses pupilles face à une lumière qu'elles n'étaient pourtant pas en mesure de percevoir. Il paraissait soucieux, comme si quelque chose lui manquait. Ses oreilles entendaient le bruyant cliquetis du harnachement que portaient les chevaux de calèche traversant la rue, ses doigts sentaient le grain dur de la pierre du balcon, son odorat percevait le doux parfum s'échappant de la chambre derrière son dos, et puis sa langue percevait un étrange goût salé, dont le jeune homme nierait en connaître la provenance. Valshe était un homme fait pour nier ce qu'il n'appréciait pas, tel un enfant il niait tout ce qui l'ennuyait, l'existence même des choses, il la nierait. Grâce à son Kaléidoscope, grâce à sa déraison. Or, aujourd'hui, son propre pouvoir semblait désirer lui jouer un mauvais tour. On l'entendit pousser un bref soupir avant de cligner lentement des yeux, si désinvolte qu'on l'aurait crût condescendant.
_Quel ennui...
De fines mains de porcelaine vinrent se poser sur ses yeux, une fluette voix féminine accompagnant le mouvement.
_Vaaaalshe ? ~♥ Dis, je peux te garder encore une nuit ?
Il ferma ses yeux, toujours masqués par la jeune fille et se fabriqua un sourire charmant et doux avant de se tourner vers cette dernière, n'étant rien d'autre qu'une cliente qui, comme tant d'autre, s'était attachée à lui... mais surtout à ses services. Durant un court instant de silence, elle retira doucement ses mains, un sourire rayonnant sur le visage, et sortit le long bandeau noir de Valshe pour le replacer devant les yeux du jeune homme, laissant pendre les deux longues extrémités dans son dos. Ce dernier était en recherche d'une porte de sortie. Cette demoiselle, pourtant charmante, était clairement ennuyante. Un peu trop arrêtée sur les contes moldus, et l'image qu'elle s'était faite de lui comme son prince, elle qui pourtant pas si chaste avait tout de même fait appel au service de son corps de sang-pur. Par chance, Valshe était un homme ne connaissant pas le jugement, si ce n'est le sien. Alors... ah oui, un échappatoire. Sinon il allait devoir la jeter brutalement... Ce serait dommage non ? ♥

Une lettre tomba sur le sommet de sa tête, et le battement d'aile d'un hibou repartant déjà auprès de sa maîtresse attirèrent son attention. Malheureusement. Voilà. Valshe était aveugle, et l'on ne pouvait pas se fier au Kaléidoscope pour lui retranscrire toute information provenant de votre réalité.
_Et bien et bien, milady, il semblerait bien que vous trouveriez finalement une quelconque utilité à mes yeux. Auriez vous l'obligeance de me lire cette lettre s'il vous plaît ?
Visiblement trop cruche pour comprendre entièrement le sens des mots du fourbe au sang prétendument bleu, la jeune demoiselle s'exécuta avec entrain et sourire.
Ce fut alors au tour de Valshe de sourire, malicieusement. Roh, trop dommage, il n'allait pas pouvoir rester une nuit de plus à jouer le prince charmant avec une enfant. Il remercia cette dernière courtoisement, avant de se laisser tomber du balcon.


_Mamaaaaaaaaaaaaaan ♥
Sa botte noire buta contre un caillou, et il s'étala de tout son long, à un mètre de son ancêtre.
Resté à la terre, il se redressa sur son coude et se frotta le front assortit d'une grimace douloureuse. Rah la la, décidément... Il fut sur pied la seconde après, ses vêtements victoriens époussetés, et son chapeau à plume recoiffé. Horreur ! Il était en retard ! Chose très inhabituelle, lui qui avait été élevé avec la liste des bonnes manières comme Bible. Mais il avait une excuse tenace ; le Kaléidoscope l'ayant baladé dans toute la ville. En parlant de cela... Comment le jeune homme aveugle percevait-il son ancêtre ? Car cela est bien connu, Valshe peut aussi bien de pas vous voir, que vous voir différemment, et rarement tel que vous êtes dans votre réalité. Et bien... huhu, allez savoir.

_Pardonne moi pour le retard, j'étais un peu trop distrait aujourd'hui, et je me suis perdu ~ Bon ! Allons-y ! Mademoiselle Marshall me dit que nous allons bientôt louper le métro moldu ! Ah oui, Mademoiselle Marshall était une petite fée punk et tyrannique, ayant asservi cette pauvre et innocente chose bleue qu'était Valshe. Bien sûr, dans votre réalité, Marshall n'a pas son existence. Et pourtant...
Les pas dansants le jeune garçon ayant retrouvé son enthousiasme enfantin et son dangereux malice, se dirigea avec hâte vers le transport moldu, si peu familier aux sorciers. Mais vous savez quoi ? Rien n'est étrange pour Valshe, peut être est-ce bien, peut être est-ce mal, qui sait ? Oh, vite, courrons, nous allons louper le wagon !
(c) AMIANTE

........................................
Try to save me from myself
But then I saw you crying there out in the audience. Put on a happy face, you look much better when you smile. It's okay, It's alright, to play the fool has always been my plight × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


une vampire
Date d'inscription : 24/09/2016
Cursus/Métier : Parasite de la société

Je suis une vampire

Re: I'm in desperate need of Chanel — PV Valshe écrit 23.10.16 13:04


 
I’m in desperate need of Chanel
(Coco Chanel) ▽ A Woman with good shoes is never ugly  


Elle pouvait le sentir arriver. D’ailleurs, elle pouvait presque sentir que quelque chose de complètement stupide allait arriver. Ca ne manqua pas. Peu après son exclamation, qui la fit sourire sans le vouloir, le voilà vautré par terre. Se redressant soudainement, elle fit un pas vers lui, fronçant les sourcils. L’instant d’après, il était debout, et elle roula des yeux, en le voyant habillé de la sorte. Au moins ils étaient assortis, tous les deux, avec leurs vêtements d’un autre monde. Distraitement, elle vint attraper le bras de son descendant, afin qu’il puisse bien la situer, et surtout, pour pouvoir le retenir la prochaine fois qu’il ratait un trottoir. C’était bien sa veine, pensa-t-elle soudainement, qu’un de ses seuls descendants en ligne directe soit aveugle. Elle se demandait d’ailleurs comment il avait fait pour en arriver là où elle était. Être aveugle ne devait pas être facile, dans le monde des sorciers. Comment pouvait-il donc se défendre ? Peut-être lui demanderait-elle, un jour. Elle balaya ses excuses d’un geste de la main, réflexe inutile se dit-elle soudainement, et elle se tourna vers l’homme, le dévisageant avec un regard perturbé.

« Miss Marshall ? »


Ne peut-elle s’empêcher de commenter, distraitement, alors qu’elle le suivait à grands pas vers la bouche de métro. Elle le guidait à moitié, sa main glacée ne quittant jamais le bras du jeune homme, jusqu’à commencer à descendre les escaliers, entourés de moldus. Ils avaient l’air bien étranges, tous les deux, vêtus ainsi. Valshe, avec ses cheveux bleus et son bandeau sur les yeux, faisait plus grande impression. Plusieurs fois déjà Sinistra avait dû fusiller les passants du regard pour les empêcher de s’adresser au jeune homme. S’il y avait bien une chose qu’elle ne supportait pas, c’était que ses parasites se découvrent le droit de leur parler. Finalement, elle les arrêta tous les deux non loin des portiques, ou de ce qui ressemblait à un passage limité. Elle observa les humains d’un œil acéré, voyant ce ticket étrange qu’ils mettaient dans la machine, avant que les portes ne s’ouvrent. C’était tellement bizarre, et pourtant, elle se doutait qu’ils ne pourraient pas passer — incognito, évidemment — s’ils n’avaient pas ce papier. Alors, elle chercha un comptoir, et entraîna son ami rapidement vers là-bas, faisant la queue avec agacement.

« This place is somewhat so different from the tube back in my day. I mean, those strange glass doors over there did not exist. Now that I think about it, I never paid to get on the train. »


Cela pouvait paraître étrange, mais peu avant sa mise en terre, Sinistra avait souvent parcouru Londres, usant même de leurs moyens de transport. A l’époque, elle était assez intimidante pour que personne ne vienne l’agacer ; et même si ces trains souterrains étaient moins pratiques que l’apparition, ils étaient tout de même bien plus discrets, lorsque l’on cherchait à passer inaperçu.

C’était à leur tour, et seulement maintenant le vampire relâcha le bras de son descendant. D’une main très blanche, elle attrapa un billet moldu, qui correspondait au chiffre annoncé par la demoiselle derrière la vitre. Sans un mot échangé, elle récupéra les deux papiers étranges, qu’elle observa un long moment, avant de reprendre le coude de Valshe, le dirigeant vers les portiques à nouveau.

« Do you need help with your son ? »


La voix venait de leur côté, et le quelqu’un avait même posé sa main toute sale sur le bras de Sinistra. S’il fut perturbé par la froideur de sa peau, il ne le montra pas, et un simple regard du vampire le fit lâcher prise. Sois aimable, se força-t-elle à penser, et elle répondit alors, d’un ton faux à souhait.

« How nice of you to ask. We’re okay though, thank you. »


L’ironie semblait, comme souvent, entacher ses mots, et elle se dégagea rapidement, tournant le visage vers Valshe, alors qu’elle glissait le ticket dans sa main.

« You go first, darling, I’ll guide you through. »


Ou elle essaierait, tout du moins, parce que vu de près, ces machines n’avaient pas l’air si simples que cela à faire fonctionner. ▲ Me, Myself & I
(c) AMIANTE

 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé
Je suis

Re: I'm in desperate need of Chanel — PV Valshe écrit Aujourd'hui à 6:03

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quelle desperate Housewife, etes-vous ?
» Desperate Housewives [Dramédie, Soap]
» CHANEL CANICHE FEMELLE 1 AN (59)
» I'm the Baddest Female - Kang Chanel [Terminée]
» (F) Chanel Iman (Négociable) ◭ An attractive guitarist.


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lux Vitae :: Londres - Moldu :: East End :: West End Shopping-